Le Fléau nordique: Le Chaos

Le forum de tous les chaotiques
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Chute

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zangdharr
Champion du Chaos
avatar

Nombre de messages : 899
Age : 22
Localisation : Dans un lieu inconnu des vivants, la "Sohnn' éloirr" (71)
Date d'inscription : 21/07/2011

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Khorne d'abord, les autres ensuite...

MessageSujet: La Chute   Dim 18 Mar 2012, 01:17

Ce soir y' a rien a la télé, il fait trop sombre pour sous couché ce que je doit peindre, et je vient de finir le jeux qu'on m' prété. Donc j'écrit:



LA CHUTE




Au cœur des terres sombres, un silence morne plane sur cet endroit. Ici le paysage habituellement sans relief a été déchiré par les énergies de la terre il y’a fort longtemps. Un impressionnant plateau rocheux tranche avec l’immensité de la plaine parsemée de rochers en contrebas. Le désert toxique qu’est cet environnement est bien peut propice à la vie, mais aujourd’hui il n’y a pas que le vent qui fait entendre sa voix au sommet de ce mont sans vie… Le fracas des lames, des cris, de l’acier qui rebondit contre de l’acier, des paroles occultes s’opposant à une tirade désespéré.

Une fois de plus l’ombre et la lumière ont choisi de s’affronter, ici seul deux hommes sont présents. Où du moins en ont-ils l’apparence relative car aucun homme ne saurait endurer pareilles souffrances et aucun homme ne saurait faire preuve d’autant de puissance et de noirceur.

L’un porte l’armure d’argent de ceux qui se disent juste et oppose une lame éprouvée en plus d’un bouclier a demi brisé à une cruelle épée barbelée qui a déjà pris tant de vie. De toute son existence il n’a cessé de chercher à protéger ce qu’il croyait être juste et en ce jour il a rencontrer son plus grand défit. Tout deux était né pour un jour finir par s’affronter, il en va ainsi pour ceux qui cherche à répandre leur vérité sur le monde…

Quand au second, nulle trace d’abattement ne transparaît en lui son armure sombre et hérissé de pointe ne porte pas la trace de coup assez violent pour l’endommager. Maniant tantôt à une main tantôt à deux mains une lame noire qui frappait avec violence il haranguait son adversaire a propos de la vérité que lui seul détenait.

La vérité, qu’est-ce en fin de compte, la vérité n’est que le reflet des concepts immuable que nous choisissons ou non de voir. Elle est en fait entièrement dépendante de la volonté collective : les choses ont beau être ce qu’elles sont si nous décidons de les ignorer et de les oublier alors nous écrivons notre propre vérité… Malheureusement pour ceux qui tente de remodeler le monde par de tels principes, les fous, les dément et les damné sont là pour renvoyer à la face de la création toute la réalité de l’existence dans sa forme la plus brut et la plus violente.

La réalité, est elle vraiment à la base de la vérité, ce qui est vrai ne pourrait il pas être irréelle… Pourquoi la vérité serait elle seulement matériel, et qui prétend connaître cette vérité ? Est elle seulement parmi nous… Sur ce plateau désolé il y’a une personne qui ose se prétendre détenteur de l’illumination, combattre l’aveuglement par l’obscurité, révéler dans le sang toute la réalité de ce qui représente réellement le monde : le chaos

_Je sens ta peur…

Le séide des dieux noirs dévia la lame de son adversaire et le fit reculer de plusieurs pas d’un puissant coup de pied dans l’abdomen. Dominant le chétif humain d’au moins deux têtes, le puissant seigneur noir n’avait aucune difficulté a dominer le combat, ses dons impie lui offrant un nette avantage sur le défenseur de la lumière qui peu à peu sombrerait inévitablement dans les bras de la mort…

L’humain cracha du sang et chercha à reprendre son souffle, tout en tentant de rester sourd aux paroles du serviteur chaotique qui se tenait face à lui.

_Regarde toi, si tu avait été créer dans le but de me détruire ne croit tu pas que ton dieu t’aurait aidé dans cette sainte tache ? Et à présent que tu sait que tu va mourir, ne comprend tu pas qu’il t’a trahi. Regarde moi pauvre fou ! Et dit moi mes dieux m’ont-ils abandonné !

Tandis qu’il parlait sa voix se faisais plus forte, le tonnerre l’accompagnait et les nuages semblaient se tordre de douleur alors qu’il prononçait ces mots… Haletant, l’humain extenué articula faiblement :

_Misérable rejeton démoniaque… tu pense… pouvoir vaincre Sigmar… ta folie n’a-t-elle aucune limite… sa puissance dépasse celle de tout tes dieux réunis…

_Si tu dit vrai, alors il ne devrait pas te laisser mourir ainsi…

A ces mots le gigantesque guerrier en armure se précipita sur son adversaire et asséna sur son bouclier une frappe assez puissante pour réduire la frêle protection en morceaux, forçant son porteur à reculer, le bras à demi brisé. Profitant de son avantage le seigneur du chaos frappa à nouveau d’un puissant revers, puis saisissant son arme à deux mains et avec une puissance incommensurable, chercha a fendre le crâne de son adversaire d’un coup verticale. Les énergie des deux armes s’affrontèrent mais le serviteur de Sigmar, sous la violence du coup, fut forcé de mettre un genoux a terre puis soudain son arme dégagea une puissante onde lumineuse en direction du seigneur noir, qui aveuglé et déstabilisé recula de quelques pas…

Saisissant l’ouverture, avec toute les forces et la volonté qui lui restait, sir Siegfried gardien du culte de Sigmar, défenseur des faibles et héros de l’empire, empoigna sa lame enchanté a deux mains tout en se relevant et chargea le colosse armuré avec la ferme intention de prouver la grandeur de son dieu a ce chien chaotique.

Une vive douleur transperça le seigneur du chaos de part en part lui arrachant un grognement de douleur, l’impériale donna un à-coup, enfonçant un peu plus sa lame dans le torse de son ennemi juré…

_Tu n’aurait jamais du me défier pourriture du néant, susurra le guerrier argenté à celui qu’il venait d’embrocher.

Mais faisant fi de la douleur et avec un grognement de rage, l’empalé lâcha sa lame, qu’il avait conserver dans la main droite, pour se saisir de la tête de son adversaire et y’écraser par deux fois son heaume cornue avant de projeter un Siegfried au crâne ensanglanté, à demi assommé, à à peine un mètre du bord du plateau et du vide…

Le crâne cabossé, couvert de sang, Siegfried tenta de se remettre sur pied et distingua à travers sa vision brouillée la créature qui aurait du trépasser : Le seigneur du chaos ramassa son arme puis, de sa main gauche, il retira celle qui était plantée dans son corps, il la jeta dédaigneusement à terre et portant sur son ennemi désarmé un regard plein de haine il eut la satisfaction de lire la peur dans ses yeux embrumé de sang.

Tout se passa trop vite pour que le soldat de la lumière puisse réagir étant donné son état. Malwirn Skorlm, sixième seigneur de la révélation, annonciateur du changement, et serviteur des quatre frère maudits se dirigea d’un pas rapide vers l’humain blessé sans sommations ni quelconque discours, il lui planta sa lame barbelé en pleine poitrine, transperçant son armure, défonçant ses cotes, déchirant ses poumon.

Le serviteur de Sigmar regarda la lame plantée dans son torse, aucun sentiment d’abandon ne vint l’effleurer, aucuns regrets, aucun remords pour la seule et simple raison qu’il était déjà mort, il l’avait été dès l’instant ou son épée avait croisé celle de Malwirn.

Le guerrier chaotique arracha son arme d’un coup sec du corps de sa victime tout en exécutant un tour sur lui-même et avant que le corps n’ait amorcé sa chute il lui porta un revers foudroyant qui l’envoya valsé dans le vide et par delà même, s’écraser au sol.

Lorsque l’on meurt, certain dise que l’on s’élève dans les cieux, que vos ancêtre vous félicite et vous accueil. Mais pour Siegfried Falzen, la mort ne fut qu’une chute dans la douleur et la peur. Nul voix ne chantait son trépas, nul ancêtre n’était la pour l’accueillir et en lieu et place de l’intense lumière dont parle les vivants il n’y eut que des ombres…

Le seigneur Skorlm observa le cadavre en contrebas : Ainsi gisait le grand héros de l’humanité, le corps désarticulé, éventré et brisé en un lieu où son corps pourrira à jamais loin de tout ce qu’il avait juré de protéger… Pathétique.

Revenir en haut Aller en bas
Karrig Sturn
Cultiste
avatar

Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 17/10/2012

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Les 4 divinités

MessageSujet: Re: La Chute   Ven 19 Oct 2012, 11:53

Et bin voila un texte que je relirais souvent Very Happy

J'aime bien l'image du cadavre du serviteur de Sigmar à la fin... Un fin digne d'un prêtre des faux dieux Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
 
La Chute
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» David Hasselhoff devrait chanter pour l’anniversaire de la chute du mur de Berlin
» [Del Toro, Guillermo et Hogan, Chuck] La chute
» chute d'eau dans du lait
» [Terminé] La Chute...
» [Film] La chute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fléau nordique: Le Chaos :: Les Royaumes du Chaos :: Récits-
Sauter vers: