Le Fléau nordique: Le Chaos



Le forum de tous les chaotiques
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 La proie du rongeur

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:05

La Proie du rongeur


Les quatre bêtes toujours à mes cotés reniflaient nerveusement. Mon ravisseur tirait la corde sans relâche mais avec enthousiasme. Il accélérait par saccade, ne laissant aucun répit à mes chevilles endolories. Elles ne purent se reposer qu’une fois arrivées à leur tanière. La roche bloquant et dissimulant l’entrée fut poussée dans un sinistre crissement, et nous entrâmes. Après plusieurs minutes de marche dans un boyau de la montagne, nous arrivâmes dans un élargissement dont la seule autre issue était un étroit couloir. Le garde rejeta le lien qui nous unissait et me poussa contre la paroi sans plus de ménagement, voir moins. Je protestais d’un juron, et le rongeur m’encouragea à plus de docilité en dévoilant ses solides et proéminentes incisives. Les rats bipèdes sortirent de la chambre par là où il m’avait amené. Je n’essayais même pas de m’échapper, conscient qu’ils étaient restés à proximité.
La luminescence d’une Morrslieb inquisitrice m’avait guettée tout le long du trajet qui menait à l’antre et j’y avais vu un mauvais présage. Mais maintenant qu’elle avait été remplacée par une obscurité quasi-totale, je la regrettais. Mes yeux commençaient à s’habituer, et je m’aperçu que je n’étais pas seul. En effet, trois autres hommes étaient allongés comme moi apparemment tous en vie. J’étais nerveux tremblait d’angoisse et de froid, et ce fut bien pire après que j’eus sursauté. J’avais entendu, venant de l’étroit couloir, une respiration glaireuse et laborieuse espacée par des bruits de sussions, qui se répercutait atrocement sur les parois de la caverne. Accompagnée de raclements de gorge de toussotements et autres crachotements, la respiration ne mourut qu’après une expiration semblable à celle que produisent les chats quant ils se sentent menacés.
Un silence sépulcral naquit à sa suite et dura sembla-t-il une éternité. La douleur de mes blessures s’apaisait, tandis que l’engourdissement gagnait mes membres. Cela devait être dû à mon manque de stimuli physique, diamétralement opposé à l’ébullition de mon esprit. Comment pourrais-je sortir ? Vais-je m’en sortir ? Tout cela avait été bien vite
Je fus sorti de mes pensées et de ma torpeur, à l’arrivée d’un rat voûté et cacochyme. Il se saisit du cordage relié à un homme élancé, cela bien qu’il fit presque le double de la taille du rongeur.
Peu après, sortit une silhouette menue qui de toute évidence n’était pas (ou n’était plus) humaine. Je reconnus presque immédiatement le souffle râlant et visqueux qui m’avait donné un sursaut. Sa démarche était aussi malaisée que son haleine et elle m’évoquait une longue agonie
La peur contractait mon ventre et je vomis sur le sol rocheux, rendant l’endroit encore moins accueillant et respirable



Le pas irrégulier du rat courbé se fit entendre de nouveau. Il ne dut quasiment pas se baisser pour attraper l’extrémité de mon entrave. J’étais bien décidé à ne pas me laisser emmener sans réagir et tirais sur la corde d’un coup sec. J’avais sous estimé la force du rat, car il tint bon et répliqua en sortant d’une cavité, une barre de fer couronnée d’une pince dotée de pointes. D’un geste vif il m’enserra le cou avec son arme, laissant ses pointes effilées s’enfoncer légèrement dans ma chaire. Il me traîna ainsi à travers le mince couloir puis le long de la « pièce » à la quelle le passage menait. Je me trouvais dans une grande cavité sans issue (hormis ledit couloir) creusée dans une roche froide et humide. On y avait disposé trois tables de pierre ainsi que nombre de cages qui bordaient la cellule. A l’intérieur s’agitaient de multiples et diverses créatures innommables. Le rat à pince me lança un regard sadique, avant de m’installer de force sur la table centrale. Je m’étalais sur la pierre glacée, mes entraves furent déliées et la pince relâcha son emprise. Je portais directement mes mains à ma gorge. Je n’eus pas véritablement le temps d’estimer la profondeur de mes plaies car mes poignets furent saisit par des pattes griffues et placées dans des menottes fixées sur la table de pierre, puis se fut le tour de mes chevilles et de mon cou. Les limites de la douleur infligée par la morsure du froid étaient de nouveau repoussées, le fer des menottes étant deux fois plus gelé que la roche sur la quelle j’étais installé.
Le rat voûté fut pris d’une nouvelle quinte (devrais-je dire crise ?) de toux dolente. Puis, il puisa dans une bourse accrochée à sa ceinture et en sortit un petit caillou vert coruscant. Il l’avala sans retenue et même avec un certain appétit. Tout en doutant de la fiabilité de son remède je tournais autant que je le pus ma tête en direction de l’homme mince qui avait été emmené avant moi. Il était allongé à mon identique et ses gémissements tout comme le sang sur son visage ne me fit pas me sentir en sécurité. Un skaven plus vieux que le rongeur souffreteux (il avait la fourrure grisonnante) s’éloigna de la table de son dernier souffre-douleur pour se diriger vers moi. Il se plaça devant une cage située entre nos deux plates-formes de pierre, sur la quelle reposait un plateau garni de nombreux outils. Je sus ainsi que le vieux rat était ce que l’on appelait il me semble, maître-mutant (ou peut être disait-on seigneur mutateur), c’est-à-dire qu’il modifiait les corps de ses sujets pour en faire des créatures pour la plus part du temps écervelé, dévouées à son clan.
Il serra un objet métallique conique de la taille d’une phalange à l’aide d’une pince rouillée, et prit la parole.
« Une chose utile est une chose qui peu mordre. » siffla t-il en dévoilant des dents d’acier plus pointues que des canines de loup avant de reprendre : « Tsss. Les choses-hommes ne savent pas mordre. Pas dangereux. ».
Sans que je voie, le rat courbé avait fait le tour de la table. Ses pattes griffues me tinrent la tête avec une force incroyable, tandis que le vieux rat approchait un étrange appareil métallique.
Il me le glissa dans la bouche et appuya sur un déclencheur. L’engin me força à écarter les mâchoires.
Le rat pris le cône creux en métal et m’en couvrit douloureusement la canine supérieure droite, avant de faire de même pour la gauche et les inférieures.
- Voilà-voilà…Sralch donne-lui un fragment de malpierre. Dit le vieux rat à son subordonné.
- Oui maître-mutateur. Répondit la vermine.
Je le vis attraper la pierre couleur émeraude que son maître lui lança. Il mit sa patte sur ma bouche et dit « aller avale ça » tout en rangeant le bout de roche verte dans sa réserve personnelle.
Une chose indicible émit un bruit baveux en rampant près de la table de pierre et j’eus un haut-le-cœur.
- Alors tu n’aime pas la malpierre ? Tant mieux ça fait effet…
Skralch eu un sourire malicieux mais l’autre ne s’en aperçut pas.
- Bien-bien. Retire-le. Enchaîne ses mains et met-le dans une cage le temps d’être près. Vite-vite.
Skralch s’exécuta. Et sans un mot je me laissais conduire à une petite geôle.
- Allez entre là dedans. M’ordonna-t-il sans préambule. Voyant que j’étais trop grand il me tassa à coup de pâte en ricanant.



La cage était affreusement étroite, je n’avais même pas la place de bouger. J’étais assis, le dos voûté à l’extrême. On me laissa ainsi toute la nuit. Je ne pus dormir à cause des hurlements atroces des suppliciés restés sur la table de pierre et des cris inhumains des mutants. On ne me laissa pas me reposer non plus la journée du lendemain. Je reçus des coups de pic de métal lorsque la somnolence l’emportait sur inconfort. On ne me laissa pas non plus soulager mes besoins naturels et je n’eus ni eau, ni nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:07

Lors de ma deuxième nuit dans l’antre (du moins le crois-je, rien n’est certain sans lumière du jour), le rat râlant vint me cueillir dans ma cellule.
J’étais exténué, j’avais perdu du sang, et j’avais faim. J’avais peine à marcher tant j’étais courbaturé. Puis revint le froid mordant des menottes.
J’avais vraiment attendu l’instant ou l’on me sortirait de ma prison avec espoir, mais à présent, j’espérais seulement que tout se passerait aussi bien que la dernière fois. Je remarquais qu’il faisait moins froid. Peut être m’habituais-je ?
- Ah ! Encore un qui n’a pas su se retenir. Dit le vieux rat en grimaçant.
En effet mes vêtements empestaient l’urine.
Il se retourna et remua quelque chose qui fit un bruit métallique. Je tendit l’oreille et perçut un crépitement. Les rats avaient allumé un feu! Cette pensée me réveilla. Il faisait décidément de plus en plus chaud.
On me fit attendre un long moment ainsi, n’ayant aucune idée de ce qui allait se passer, de ce que l’on allait me faire ni combien de temps.
Enfin, le maître-mutateur réapparut dans mon champ de vision, une tige de fer chauffée à blanc dans une patte ganté. Il l’approcha de mon visage, lentement, alors que mon rythme cardiaque s’accélérait. La passa à gauche, puis à droite et recommença. Je pouvais sentir la chaleur intense dégagée par le métal. Le rongeur, après avoir scruté mes pupilles, éloigna la barre. Je fut soulagé…le temps d’un soupir.

La bête arracha ma chemise d’un geste vif. Je perdis le contrôle de mon souffle. Le rat se mit derrière ma tête et je ne le vis pas. Lentement, la chaleur revint. Lentement, la tige rougeoyante avança au-dessus de moi. Son extrémité brûlât mon torse sans le toucher. Je vidais mes poumons afin d’éloigner mon corps du fer rougeoyant. Le rat du prendre cela pour un défi et laissât retomber le bout de la tige sur ma peau.



Je criais, puis hurlais à l’instar des torturés de cette nuit et de tout ceux qui tinrent la pierre de leur sang. Le monstre ne retirait pas sa tige, il laissait le supplice durer et mes larmes couler. Mon corps s’agitait avec violence. Cela dura interminablement, à moins que pour lui il ne ce ne dura que peu de temps ? Je transpirais abondamment.
Une fois la barre retirée, il pressa ma plaie d’une griffe sale et je lui suppliais d’arrêter.
Il arrêta, ouvrit la menotte de mon cou et je fus moralement apaisé. Une nouvelle fausse joie en vérité, car il prit un couteau et fis ressaigner mes blessures au cou. Je poussais de nouveaux cris en tentant vainement de me dégager.
- Un peu plus de malpierre. Dit-il très naturellement.
Et il appela le rat souffreteux. Lorsque celui-ci me délia, je sentis une brise fraîche contre ma peau nue. Elle me fit oublier quelque peu la douleur et la fatigue… Je ne pus résister à la tentation.

J’envoyais un coup de poing dans les incisives du rat cacochyme, et courus aussi rapidement que me le permettaient mes membres endoloris. Je traversais le mince couloir, arrivais dans la chambre ronde et pris le chemin par lequel on m’avait amené en sens inverse. Tout cela dans les couinements stridents de mes tortionnaires. Dans ma course j’entendis des pas précipités me suivre. Inquiet, je lançais un vif regard en arrière. Rien. Je courus encore le long du couloir qui m’avait mené à la chambre. Encore des bruits de pas. Je jetais un nouveau regard par-dessus mon épaule. J’aperçus l’extrémité d’une pince à pointe au bout du couloir et cette vision raviva ma douleur au cou. Je courrais encore et toujours dans les courants d’air de la caverne. La cavité se terminait en coude. Je n’osai plus regarder en arrière. J’étais arrivé au coude, je tournais.
- Ah ! … Aïe !
J’avais percuté quelque chose de froid et dur qui m’avait projeté au sol.
Je secouais la tête et regarda. Un énorme rat bipède aussi mortifié que musclé se tenait devant moi.
Je criais d’effroi et dans un grognement il me saisit à la gorge. Il serra et me souleva. Du coin de l’œil je vis Scralch accourir. Je ne pouvais plus respirer, ma gorge saignait de ses multiples orifices et mes poumons étaient en feu. Je vis mon reflet hurler silencieusement dans l’armure de fer du rat mutilé et les ténèbres me prirent…



Le froid était intense ! J’étais suspendu par les bras, dos collé à la paroi et l’on m’avait jeté une eau glacée et croupie sur le corps. Mes chaînes cliquetèrent et j’ouvris les yeux. Scralch était devant moi, un sceau à la main. Il me le jeta au visage, mon nez en pris un coup me forçant à reverser des larmes.
Je voulus le repousser du pied, mais je m’aperçus que bien que mes jambes flottent dans le vide, elles étaient retenues par de lourds boulets. Le rat eu un rire mauvais.
Il m’assainit un coup de bâton, puis un autre, puis un autre, puis un autre, puis un autre, et un autre en disant « il ne faut pas que je te tue, le maître à besoin de chaire. C’est rare-rare la chaire pensante maintenant » et il ponctua sa phrase d’un ultime coup de gourdin.
- Lâche ! Le traitais-je.
- Tsss…Je suis un skaven, pas un bretonnien. Dit-il alors que ma vue devint plus nette.
- Tu veux savoir ce que sss’est un bretonnien-tonnien ? Tu veux en voir un ? Me demanda-t-il en me tenant fermement le menton.
- C’est ssa ! Dit-il en me tournant légèrement la tête dans la direction voulue et en désignant un endroit de la « pièce » avec ce que l’on pourrait qualifier de pouce.
Je regarda malgré moi. Sur une cage où s’agitaient et bondissaient plusieurs rats déformés, était posée le crâne d’un homme en pleine putréfaction, au visage figé dans la terreur la plus totale, et au quel manquait de nombreuses dents, ainsi que des touffes de cheveux bruns et une oreille.
Le skaven pris la tête par les cheveux qui lui restait et l’éloigna de la cage, ce qui calma les parodies de rat enfermées.
- C’est ssa ! Répéta-t-il en me la mettant sous le nez afin que son odeur immonde m’inonde.
- C’est ssa un héros ! Je détournais la tête devant celle rongée par les asticots. Son nez était déchiré et du sang avait caillé sur ses lèvres et aux commissures de sa bouche.
Il alla la reposer sur la cage, et pris une pince pendant que les vermines dégénérées s’agitaient furieusement.
A l’aide de la tenaille il arracha la langue du défint. Il l’agita devant moi en concluant « ssa fini comme sssa les héros » et il lâcha la langue faisandée dans la cage avant de s’en aller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:09

Les rats bataillèrent longtemps pour obtenir le présent. Durant ce temps et au-delà, je séchais pitoyablement en frissonnant de tout mon être.
Puis, je vis arriver deux skavens. L’un me tint en respect avec une pince « brise-nuque » (comme ils disaient) tandis que l’autre m’hottait de la paroi. Cela ne présageait rien de bon.
On m’amena à l’éternel support de pierre et l’on m’y lia.
Le maître-mutateur était là. Le dos tourné.
- Je n’aime pas, non-non, que l’on me désobéisse. Tu ne sortiras qu’altéré, pour te battre. Tu es moi souvient-t’en.
Sur ces paroles, il se retourna, pattes gantées, barre de fer rouge tenu fermement au- dessus de sa tête.
Il l’abattit sur mon ventre à deux reprises et de toutes ses forces…



Je m’éveillai dans ma cage, dans une position inconfortable. Je n’avais plus aucune notion du temps. On me laissait enfin prendre du repos, à moins que l’on ne me croie évanouit.
Malgré les hurlements des bestioles au tour de moi, je parvins à retrouver le sommeil.



On me réveilla d’un coup de patte dans ma cage. Une fois de plus une pince à piquants se referma sur ma gorge, et une fois de plus je fus allongé sur la table. Les deux rats étaient là.
Comme la fois précédente, le vieux rat gris examina mes blessures…au couteau.
Il fit une allusion à mon escapade et entrepris de racler lentement les croûtes de mes brûlures. Deux sillons rectilignes saignèrent abondement sur mon tronc ; là où le rat avait abattu sa barre.
Scralch jeta une eau bouillante avec son sceau, pour que son maître puisse examiner clairement si je cicatrisais comme il le voulait. En plus de ces tortures, mes cordes vocales me brûlaient à force d’émettre mes cris.
- Augmente la dose. Ordonna-t-il au sous-fifre.
Scralch emmena le faible corps que j’étais à sa cellule. Il ne m’amena aucune dose de quoi que ce soit…



Un trop court temps après, les rats répétèrent le scénario précédent, puis me ramenèrent à ma prison. L’état de mes vêtements s’était empiré. Tout au long de ma captivité, aucun de mes sens n’avait été épargné, mais si l’on contait mon nouveau vomissement, ils étaient tous agressés en cet instant.
Je n’avais toujours rein mangé et mon ventre grognaient douloureusement. Certes ma peur diminuait, mais je sentais ma volonté la suivre, accompagné de mes espoirs.
Soudain, tandis que mes mains liées grattaient mes plaies ventrales. Quelque chose toucha le sommet de mon crâne. Une chose minuscule et fraîche. Je tâta la chose de mes avants-bras et l’un d’eux fut mouillé.
De l’eau ! De l’eau me tombait dessus ! Je levais la tête et reçut une goutte sur le front.
Il devait pleuvoir dehors et la cavité laissait tomber de plus en plus de gouttelettes. En s’écrasant sur le sol de pierre, elle émettait un bruit que l’écho répétait joyeusement. J’ouvrit la bouche et pu me désaltérer très lentement en récupérant les gouttes sur ma langue sèche et parcheminée. Je n’arrêtai que lorsque mon torticolis et les muscles de ma mâchoire furent trop douloureux.
Je vis que l’être d’en face (que j’avais évité du regard comme tous mes voisins) faisait de même.
Je fut dégoutter et effrayé par son aspect. C’était un homme dont les vêtements étaient des haillons, au crâne couturé et aux nombreuses entailles et cicatrises. Il lui manquait deux dents et pocédait des protecteurs pareils aux miens, mais en plus grands nombres. Il avait des veines violet-foncé saillante et le teint jaune. Une plaie depuis laquelle pendait un lambeau de peau, et par laquelle on pouvait voir une chaire à vif parsemée de petites pustules, était visible sur sa joue. Pour finir le désastre, un trou béant aux contours déchirés et enflés d’où coulait du pus, remplaçait son globe oculaire gauche.
En voyant sa stature, je m’aperçus avec horreur qui s’agissait de l’homme élancé qui m’avait précédé à mon arrivé. Je frissonnais des pieds à la tête en pensant que je pourrais subir le même sort.



Le jour suivant, mon ventre me torturait à son tour, expulsant la douleur infligée par les skavens. Mes gencives saignait et le sang dans ma bouche, allié aux odeurs nauséabondes, me fit rendre tripes et boyaux jusqu’à ne faire subir à mon estomac vide, que des contractions improductives. Le relent était plus fort encore, mais ma faim me taraudait tellement, que je parvenais à l’oublier.
On ramena mon voisin mutant dans sa cage avec maints gémissements. Il me lança un regard globuleux désespéré, et je pu constater que sa lèvre inférieur avait été sectionnée aux extrémités de deux pouces vers le bas, dévoilant deux nouvelles dents manquantes. Il s’empressa de remettre, en vain, sa lèvre pendante sur ses dents et je compris par ce simple geste qu’il perdait un peu plus de son humanité…



Scralch revint de son pas claudiquant. Il semblait plus nerveux qu’à l’accoutumée. Il me tira frénétiquement de mon insalubre et pestilentielle cellule en me molestant iniquement.
Je me laissais remettre sur la table sans résistance, après m’y être traîné faiblement et docilement sous les feulements du rat à la toux laborieuse.
Le maître-mutateur m'étudia d’un air mécontent.
Que se passait-il ? Avais-ce un rapport avec les chuchotements et les grognements de cette nuit ?
En effet la nuit dernière, alors que mon appétit m’avait tiré de mes chaumards, j’avais ouïe une faible discussion :
- Ils ont attaqué-taqué maître. Ils sont dans les galeries. Avait dit Scralch.
- Par le rat cornu ! Nous ne sommes pas près-pas près ! S’était interloqué son supérieur.
- Les esclaves les retiennent et les rats des clans attendent leur tour maître… Et…Le Prêtre gris veut vous voir.
- Malpierres ! Pousse-toi. Avait juré le vieux rat. Puis une fois l’autre éloigné Scralch avait ricané.
Le maître-mutateur me fixa comme s’il avait entendu mes pensés. Il jeta un nouveau regard à mon ventre d’un air irrité, puis il sortit une de ses pierres verdâtres et me la mis devant la bouche. Bien que ma faim fût énorme, je détournai la tête de l’immondice minérale. Cela n’apaiserait pas ma faim mais causerait sûrement maux et empoisonnement.
- Tu refuses de la malpierre ? Mais pourquoi est tu aussi résistant ?! S’énerva-t-il. Il frappa mon abdomen pour soulager sa colère. J’en eu le souffle coupé.
- Scralch ramène cette loque-loque ! Et donne-lui le double de malpierre t’occupe pas de la réserve !
Et donne lui bien tout ! Cracha le vieux maître.
- Mais maître je vous jure-ju…
- Vite-vite Scralch ! Je veux beaucoup-beaucoup de créatures avant que les pestilents ne profitent de l’attaque des choses-mortes !
- Oui maître. Oui maître. Gémit le rat boiteux.
Il fallait que je profite de la confusion. Ils se faisaient attaquer et Scralch craignait que son maître découvre ma privation de « malpierre ».



Le skaven râlant traînait le faible humain que j’étais vers sa cage, lorsque je fit prendre fin à ma comédie. Galvanisé par l’élan d’air pur qui me parvenait de l’entrée et par le retour de l’espoir, j’envoyais un coup de coude dans les côtes du rat penché sur sa longue pince. Même si j’avais exagéré mon asthénie, je restais un jeune homme aux muscles atrophiés. Ma frappe fit basculer Scralch qui s’écrasa contre une cage mais celui-ci pus se remettre sur patte en peu de temps. Ce temps je l’avais employé à courir. J’étais tout près de l’arche du couloir quand je fus tiré puissamment en arrière.
- Ca fait deux fois Scralch, sale incapable ! Cria le rongeur âgé. Scralch resta coi.
L’ancien me remis debout en me tenant par le cou, et ne me lâcha que pour m’offrir un revers de patte calquant sur la joue. Il leva une seconde fois le bras, mais je ne lui laissai pas aboutir son geste. Je sautais sur le membre levé et enfonçais mes canines métalliques dans coude de la bête malgré la répulsion que cela m’inspirait. Le skaven poussa un cri et tenta de se dégager.
- Aide-moi rat galeux ! Appelât-il.
Je reçut un choc à l’échine et libéra ma prise. Le vieux skaven me fusilla du regard en regrettant amèrement de m’avoir donné ma dentition acérée.
Dans un élan de rage, il saisit mon cou d’une patte, la peau distendue de mon ventre de l’autre, me souleva et me balança violemment sur l’un des hôtels rocheux.



La pierre m’ouvrit le crâne sous le choc et mon nez se brisa en libérant deux filets pourpres. Je me tournais sur le dos. Le sang qui avait dégouliné dans ma bouche, sur mon menton et mon torse, coulait à présent à l’intérieur de mes sinus. Toujours aussi furieux, le maître-mutateur s’approcha de moi, il mit brutalement ma main droite dans la menotte qui y était destinée.
Il tira un long outil métallique du feu. Un tisonnier ? Ou peut être une barre ? Ca ressemblait à une pince brise-nuque. Il se tourna et l’objet m’apparu. Deux longs manches croisés en tenaille se terminant en une paire de lames rectangulaires. Des flammèches jaillirent des braises et leur reflet brillât sur le fer.
J’étais terrorisé.
- Nous allons voir sssi tu sera aussi insssolent avec une main en moins. Peut être qu’avec un bloc de malpierre dans le moignon, tu te décideras à muter.
- NON ! Att…
Je n’eu pas le temps de me défendre. L’énorme cisaille se referma trop lentement avec grincement d’outil rouillé. Je sentis les lames couper ma peau, puis mes tendons, puis mes muscles.
- AAAAAAAAAAAAAAAAH !
La douleur était atroce.
Le fer coinça au niveau de l’os du poignet. Le rat voulu le dégager et donna des coups et des rotations. Mon bras se débattait dans la menotte avec force. Le rat ouvrit les lames pour prendre de l’élan. Et tout finit.
Le claquement métallique de l’outil retentit dans la caverne. Ma main tomba au sol, et moi dans les pâmes.



Réveil lent. Sans doute c’était-il passé quelques heures depuis mon amputation. Mais de toute manière cette appréciation n’était d’aucune valeur. La douleur affreuse qui me dévorait le bras semblait s’atténuer. Je ne pouvais me résoudre à regarder mon moignon. Je n’osais même pas ouvrir les yeux. Je les crispais fermement à cause de la douleur, la peur, la haine et le désespoir. Des larmes purent s’échapper et coulèrent longuement.
Mon dos me faisait encore souffrir dans cette cage étroite. Dans une vaine tentative d’être plus à l’aise, je me déplaçais sur le côté. Je sentis un poids entre mes genoux bouger lors de mon mouvement.
Sous l’effet de la surprise mes paupières s’écartèrent. Dans une suite floue, un éclair lumineux emplit mes yeux, suivit de l’image de ma main absente et de mon avant-bras ensanglanté. Je clignait à plusieurs reprises et concentra mon regard brouillé vers mes genoux.. Ma main y reposait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:10

Plus d’une fois je songeais à défaire l’étroit bandage crasseux qui me faisait office de garrot, mais ça n’aurait qu’empiré les choses. La douleur se transféra peu à peu de mon membre supérieur au creux de mon estomac. J’étais plus qu’affamé. Je n’avais plus la force de bouger, plus celle de regarder le vide qui prolongeait mon moignon maculé de sang séché. Fermer les yeux ne servait à rien car des images horribles n’avaient de cesse de s’y glisser pour infiltrer mon crâne, s’y terrer et hanter mes songes cauchemardesques. Fuyant mes mutilations insupportables au regard, je basculait la tête vers la voûte caverneuse, vers les autres cages, vers n’importe où. Mes yeux longèrent la forêt de barreaux, ses terreurs et ses abominations. Je me rendis compte que la cellule voisine contenait un homme recroquevillé. Je ne voyait de lui que son dos et l’arrière de sa tête. Néanmoins sa carrure et ses vêtements m’apprirent qu’il ne s’agissait pas du mutant qui s’y trouvait auparavant, mais d’un jeune impérial rural. Il pleurait, se lamentait et tremblait de peur et de froid. Depuis quand était-il là ?


Shallya aide-moi. Shallya que j’ai mal, que j’ai faim. Pourquoi moi ? Pourquoi m’impose-t-on le supplice ?
J’avais envie de mourir. Là, sur place. Je me sentais abandonné dans mes souffrances, mon sang et ma fange. Je me sentais seul et à bout.
- Comment tu t’appel ? Dit une voix, étrangement humaine.
Je me retournais sur moi-même, sans un mot, vers la prison d’en face. La voix me faisait du bien de par son humanité. Parler à un homme, à un semblable, était réconfortant.
- Moi c’est William, et toi ? Reprit-il.
Sa chevelure brune et broussailleuse entourait un visage bronzé par de longues sorties. Un fils de paysan sans doute. Je devais être son aîné d’une demi-douzaine d’années tout au plus.
Ses yeux aux pupilles bleu-gris étaient rouges et gonflés en bordure, humides et surtout remplis de crainte.
Il portait une blessure récente au front et se tenaient les côtes de droites.
- Morrer. Luddwik Morrer. Répondis-je faiblement.
- Luddwik. Répéta le jeune homme. T’es là depuis longtemps hein ?
Un couinement suraigu fut sa réponse. La porte d’une cage grinça puis deux autres, Scralch emmenait trois créatures difformes. La voix résonante du maître corrupteur fit comprendre que les monstrueuses et répugnantes expériences étaient prêtent à combattre. Le vieux rat semblait s’en réjouir avec impatience. Les troupes de son espèce semblaient gagner contre des pesteux. De moins en moins de monstres résidaient dans les geôles skaven.
- Pourquoi t’es là ? Je veux dire comment ? Moi ils m’ont chopés à l’entrée du passage. Je cherchais une brebis disparue. Et toi Luddwik ? Insista le paysan anxieux. Il avait besoin de parler pour comprendre, se rassurer et garder sa raison.
- Je suis un messager d’Aldebrand Luddenof. Dis-je sans conviction.
- Qui ?
- Aldebrand Luddenof, le conte électeur de mon Hochland.
- Ah…C’était important le message ?
Il paraissait presque s’en inquiéter et le fait qu’il utilise ce temps la n’avait rien de réconfortant.
- C’était pour Gausser ? S’enquit-il.
Théodoric Gausser était le comte électeur du Norland. Probablement le seul que William connaisse.
- Ouais. Juste pour dire que des satanés lanciers Norlandais n’étaient pas venus. Je sais pourquoi maintenant.
J’en aurais ris si je n’étais pas aussi malheureux.
- Qu’es qui leur est arrivé ? Qu’es-ce qu’on va nous faire ?
Je ne répondis pas. Je sentis son regard alors que je détournais le mien. Il le posa sur mon visage blême et creusé par la faim, sur mon torse et mes membres atrophiés puis sur mon bras. Je le vis du coin de l’œil baisser la tête. Il passa la langue sur ses dents et je compris qu’elles étaient ferrées.



La faim me tira des inéluctables tourments du sommeil. La fièvre m’avait gagnée et mon bras palpitait cuisamment. Ça avait été un miracle de ne pas être malade, infecté, ou muté jusque là. Au moins j’étais encore humain.
Par Sigmar ! Je crevais de faim ! Je m’en mordais fortement les joues. Je me sentais vide du chef aux intestins. Ma vue hagarde me donnait des vertiges. Puis elle tomba sur ma main…
Celle qui m’avait quittée… Se n’était plus la mienne… C’était un membre mort…
J’étais au bord de la transe. Non ! C’était un simple morceau de chair…oui… De la viande… De la viande encore fraîche…
L’appel animal me dominait. Appétit et fièvre me tenait. William dormait. Ma sénestre pris sa jumelle pour la livrer aux crocs métalliques de la bête que j’étais.


Le sang caillait aux commissures de mes lèvres lorsque l’on ramena William. Je m’essuyait la bouche et me tournait vers le nouveau. Il ne m’adressa la parole qu’en absence de Scralch. Du moins je le pris pour moi. Son regard s’égarait dans le néant.
- C’est horrible. Horrible. Il semblait gravement choqué et se balançait légèrement d’avant en arrière.
- Que…Quoi ? Aucune blessure n’était apparente à part une entaille visible par sa veste entre ouverte.
William me regarda droit dans les yeux.
- Ils m’ont fait attendre dans la cavité ronde. Je les ai vus. Tous enchaînés. Chuchota-t-il avec frénésie.
- Qui ?
Il fixa la paroi comme s’il les y voyait.
- Les villageois prisonniers. J’ai reconnu leurs visages. Je n’ai pas pus m’empêcher de les compter. Sept. Une femme et…Ô saint Sigmar…six enfants ! Chuchota-t-il si fort qu’il en couvrait les grognements des créatures résidant dans les cages et en crachait abondamment.
J’étais horrifié. J’avais moi-même vu, lors de ma halte au patelin, ces gamins qui jouaient gaiement. Ils m’avaient marqué car ils contrastaient étonnement avec leurs aïeuls à la mine basse. Alors que ces derniers ne s’exprimaient que par avertissements et terribles anecdotes, les jeunes semblaient enfermés dans une bulle protectrice d’insouciance et d’innocence.
Un silence s’imposa dans l’air confiné de la caverne. Il plomba l'atmosphère déjà abondamment chargée en maléfices, en malveillance et en odeurs. Puanteur serait à vrai dire le mot exact. L’air véhiculait différentes émanations nauséabondes ; on pouvait sentir la peur, la mutation, le sang, la chaire roussie, les excréments, les urines et mes « propres » relents de crasses, de sueurs, et de vomissures.
- Ce sont des monstres. Lâcha William, le visage vide de toute expression.
Je m’efforçai de lui cacher la main écarlate décharnée et rongée qui reposait sur le sol de ma cellule.

*

Quelques temps après, les hurlements aigus et perçant d’une femme résonnèrent, puis se turent. Je ne su pas si les rats avaient perdu patience ou si elle n’avait supportée leur expériences, mais une chose était sure, elle ne crierait plus jamais.
Contrairement à William qui n’avait pas mon endurance due à l’habitude, je parvins à m’endormir. L’absence d’images dans mes cauchemars n’eu rien de réconfortant. Les cris de la femme retentirent dans mon crâne durant une éternité et combinée à ma fièvre, ils trempèrent les barreaux contre lesquels je m’appuyais, de sueur froide.
Ce fut, pour changer, des appels au secourt qui me ramenèrent à la réalité. On tentait de faire muter un des enfants en le mutilant avec rage et en déposant sur ses plaies de la poudre de malepierre. Dans sa hâte le corrupteur n’avait pas mesuré la force de son geste et avait fait de la charpie. Inutile de préciser que le garçonnet n’était jamais parvenu à muter…
William en vomi.
*

Une dure « nuit » plus tard, on m’extirpa de ma cellule. Scralch qui n’avait pas oublié mes deux tentatives d’évasion, crut bon de m’offrir un coup de patte dans l’estomac. Fort heureusement, mon appétit étant ignoblement soulagé, mes douleurs gastriques avaient disparues.
Je marchais tout de même avec difficulté. Migraines, trouble des reperds dû à la fièvre, regard nébuleux dû au manque de sommeil, atrophie des jambes. Il m’aurait été fort mal aisé de fuir dans cet état. Lorsque je fus couché, mon premier sentiment fut que la table était humide. Non. Qu’elle était chaude. Je réalisait que je trempais et glissait dans le sang humain.
On me scella à la pierre. Mon moignon, ne pouvant être menotté, resta libre. De toute manière, j’avais tout juste la force de le bouger.
Le maître mutateur arriva d’une autre table. Des pleurs faibles m’en parvinrent. En tournant la tête je vit qu’un enfant en bas âge était attaché à la table. Son regard m’implorait, mais il me craignait je le savait. Il avait peur de se que j’étais, de ce qu’il pourrait être. Moi. Des mèches brunes collées par la sueur à son front masquaient partiellement une entaille, d’autres égratignures couvraient sa cage thoracique et la main que je pouvait voir avait deux doigt cassé et autant de phalange tranchées.
Mon bras libre fut serré dans un étau.
- Bien-bien chose-homme. Dit-il en relâchant sa prise. La poigne du skaven était incroyablement puissante.
Il se saisit d’un couteau à lame effilée. « Ô non… Sigmar, Shallya, gardez-moi. » Priais-je mentalement.
Scralch m’agrippa le bras fermement le bras. Lame s’enfonça dans mon pectoral gauche d’une lenteur inouï. Je me retins de bouger. Me débattre ne ferait qu’aggraver les choses.
A une profondeur qui me parut être mon cœur, le rat arrêta lame. Il me parla comme pour laisser ma plaie se refermer.
- Tu me désobéis, tu saigne-saigne. Compris ?
Je ne fis que prolonger mes cris étouffés, et serrer les dents plus que jamais.
- Pas me désobéhirrr ! Dit-il en faisant subir une rotation complète à la sa lame.
Le contrôle m’échappa. Mes dents se décoincèrent et mes cordes vocales vibrèrent avec tant de force qu’elles le purent. Je me débattis malgré moi, et ne fis enfoncer la lame. Le rat la retira sur le moment, puis une fois que je fut calmé, il la remit au même endroit. Plus je me débattrais plus cela durerait. Je suais sang et eau.
« Au moins elle n’est chauffée » me consolais-je. Le garçon gémissait de plus en plus fort.
- Désobéhirrr. Siffla le rat gris.
Il tourna légèrement le tranchant dans la plaie et déchira des chaires, puis la pivota dans son angle initial, le tout dans mes hurlements.
- Désobéhirr ! Répéta-t-il avec une nouvelle impulsion. Je poussai un cri de douleur.
Il répéta paroles et geste trois fois encore, je l’accompagnais de mes exclamations dans une parodie sadique de chanson.
La lame sortie doucement. Le rat ne regarda jamais ma profonde plaie.

*

Lorsque je fus dans ma cage je me demanda pourquoi, avant que les souffrances auditives reprirent.
Les protestations éclatantes du garçon étaient insoutenables. Les pires interjections étaient celles qui mentionnaient les faits du rat. « Pitié pas mes yeux » me souleva le cœur et d’autres allusions me firent trembler des pieds à la tête
Longtemps après, j’entendis les rats parler. Le garçon ne poussait plus un son.
- Clan moulder va gagner maître…keuf,keuf.
- Pas si il a pas de bêtes.
- Ils sont pas fort-pas fort…
- Quoi ? Coupa le mutateur avec énervement
- Je veux dire pas nourri-nourri maître.
- Raison Scralch. Donne de la viande aux prisonniers.
- Crrr…Et aux jeunes chose-hommes ?
- Non pas eux. Pas des guerriers et trop fragiles.
- rrralor ?
- Les rat-géant aussi on faim.
Scralch ria en toussant.
*

Comme prévu on nous offrit, suite à une nuit de sommeil agitée, des pièces de viande crues.
- C’est immonde. Lança William.
- La viande crue ne te tuera pas. La faim si. Le sermonnaire.
- Enfin…tu te doutes bien que c’est pas du mouton ! Chuchota t’il depuis l’autre bout de la pièce.
- Si on ne la prend pas, ils nous la feront avaler de force.
- Alors jetons-la.
- Où ?
William indiqua du pouce les monstres des cages proches qui dévoraient leur part.
J’acquiesçais. Nous passâmes une main à travers les barreaux et prirent notre morceau respectif.
Je le soulevais devant moi avec envie.
- Tu crois qu’ils l’on contaminée ? Demandais-je.
- Ils en sont bien capables.
- Je ne crois pas.
- C’est peut être du mutant !
-…
- Il y a du sang sur ton dos. Dit-il avec plus de méfiance que d’inquiétude.
- Ce n’est pas le mien. La table en était couverte…Ne t’inquiète pas, je suis pur. La fièvre me fait douter c’est tout. Dis-je en voyant son air perplexe.
- Bien. Bon on y va ?
Il souleva la chair rouge à deux doigts avec un dégoût prononcé.
- Oui.
Nous jetâmes notre seule nourriture depuis Sigmar sait quand sur les cellules environnantes.

*

William dormait. J’avais mauvaise conscience pour mon mensonge et…
Oui je lui avais mentit. La fièvre m’avait quittée mais la faim était de retour, hélée par les maux de têtes.
De plus je n’avais pas pu me retenir et avais trahit sa confiance.
Je sortit la petite part de chair écarlate de ma poche et la mâcha lentement et par morceaux.
Tout au long je m’efforça de ne pas penser à la femme et pria pour qu’il ne s’agisse pas de l’enfant. Ses yeux implorant allaient me tourmenter de nombreuses nuits…

*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:12

A mon réveil William était absent. Il revint plus tard en la mauvaise compagnie de Scralch. A l’instant même où ce dernier partit, j’interrogeais le jeune homme.
- Des nouvelles ? Que c’est-il passé ?
Il ne répondit pas tout de suite.
- Il est énervé.
- Le maître-mutateur ?
- Quoi ?
- Euh…le gris ?
- Ouais. Y a un truc qui ne va pas. Je sais pas se que j’ai fait mais ça lui à pas plu. S’inquiétât-il.
Je remarquât de fines blessures sous ses vêtements déchirés et des taches de sang sur ces derniers.
- Se n’est pas se que tu as fait, c’est ce que tu n’a pas fait.
- Comment ça ?
- Le rat qui t’a amené, Scralch, ne te donne pas ce qu’il devrait. Chuchotais-je
- Je n’y comprends rien. En quoi ça me concerne ?
- Scralch là, il garde pour lui la roche qui fait devenir comme eux. Dis-je en montrant les mutants.
- Je le sais parce qu’il fait pareille avec moi. Ajoutais-je.
- C’est ça qui les rend impures ?
- Oui.
- Ouf. On peut dire qu’on a un sacré pot. Il frissonna.
- Prions Sigmar que sa dure. Si Le gris s’en rend compte, on est pire que mort.
William souffla se qui ressemblait à « pourquoi moi ? »

La griffe crissant sur la pierre humide se fit ouïr, mais pas du pas claudiquant qui caractérisait Scralch. Le maître-mutateur en personne vint me chercher. Il me sortit de la cellule après avoir ramené un mutant que je me refusais à regarder. Les skavens devaient être débordés. Que se préparait-il ?
Une chose me troublait, on ne parlait plus des ennemis contre lesquels les rats s’étaient battus.
La bataille était-elle terminée ? Qui en était sortit victorieux ?
Ca m’aurait été égal en d’autre temps, mais ma complicité avec William m’avait redonnée espoir.
On me traîna à la pince brise-nuque afin de me rappeler les douleurs que cela pouvait engendrer, si bien que je fus réduit à l’impuissance. Il m’attacha. Scralch était absent.
Le rat gris considéra mon amputation. Il parut satisfait, à un point qui me fit froid dans le dos.
Scralch boita vers son maître, une chaîne dans chaque main.
- Krrh… Que dois-je faire, des jeunes choses-hommes ?
Le maître avait eu le temps de me retirer l’entrave au cou et je pus voir deux enfants terrifiés enchaînés par un collier.
- J’ai déjà dit Scralch. Les rats géants.
- Sss…non…maître, vous aviez dit… de coté-coté et plus tard.
- Ah, oui. Ceux là.
Il se tourna vers eux.
- Dommage-dommage. Seraient bonnes choses pour expérience…Mais meilleur-meilleur entre les dents. Il toucha la joue de l’un d’eux et ria.
Le plus jeune des garçons pleurait en silence, le second semblait au-delà des larmes et de la terreur. Tous deux tremblaient comme des feuilles.
- Pour-tout-à-l’heure. Vite-vite Scralch, l’autre chose-homme.
Tandis que son maître clouait les liens des gamins au mur, le rat égrotant m’emmena. La pièce tapissée de lourdes cages m’était désormais familière et je m’attendais à être mené dans le fond comme d’accoutumée, mais Scralch s’arrêta devant une cellule vide proche.
- Tu sssera ici. Choses-hommes parleront plus.

*

C’est après m’être installé dans cette nouvelle et plus large prison, que je compris. Les rats nous avaient entendu comploter et ne tenaient pas à ce que cela se reproduise. Logique quant on voulait nous retirer toute humanité. La cage était plus confortable, mais je ne pourrais sûrement pas en profiter pour me reposer. Si la vue et la proximité des tables de tortures ne suffisaient pas à m’en empêcher, mon voisin le ferait.
Je n’avais pas pu me retenir de l’observer, et ce qu’il en était découlé était plus du dégoût que de la peur. Le mutant avait une morphologie presque totalement humaine, mais ses genoux pliaient dans le mauvais sens, ses côtes étaient plus que saillantes, son ventre était gonflé, et de la fourrure brune allait par touffes sur ses flancs, ses épaules et son dos. Il me toisa comme une proie de ses yeux jaune verdâtre et fit claquer ses deux langues entre ses dents de fer rouillées.
Je priais encore pour ne pas avoir à subir un sort semblable. Puis, je me souvint de l’air ravit du vieux rat. En prenant sur moi, je me forçais à poser le regard sur ma plaie. Je fus figé de terreur. Au-delà du bandage crasseux et taché de sang, un cercle croûteux apparaissait. Au niveau des veines du pus exsudait. J’avais une infection, mais pire n’était pas là. Au centre de la plaie suintante, de l’os avait été retiré sans ménagement et au fond de la crevasse écarlate, une gemme verte luisait dernière une couche de peau purulente. La vision du rat-ogre qui m’avait stoppé dans ma fuite me revint.
Sa main était remplacée par une lame dont le manche s’enfonçait dans l’avant bras. Me rappelais-je.
Le visage tuméfié de mon voisin me visait.
-Je suis plus pure. Me dis-je.

*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:14

William passa bientôt devant moi. Nous échangeâmes un regard mais aucun mot.
Je fermais les yeux pour ne pas avoir à subir ses supplices.
Tôt subséquemment, j’entendis le corrupteur entrer dans une de ses colères. Il s’était rendu compte que le corps de William n’avait pas muté. J’entrouvris les paupières.
Il lui donna un violent coup de patte sur la cage thoracique et l’entailla d’une griffe, puis commença à le détacher. William n’était plus retenu que part la cheville et le poignet droit, lorsque le rat s’interrompit. Pourquoi ? Je quittais du regard mon égal pour le jeter sur son bourreau. Le rongeur me fixait avec réflexion et mes yeux furent clos après cette vision.
- Non-non, pas attendre, toi aussi tu va perdre ta main !
La respiration du jeune homme s’accéléra.
- Attendez ! On ne m’ a rien donné ! Implora-t-il.
Il avait eu le temps je n’avais pas eu. J’avais essayé de parler…tout cela n’avait plus d’importance. J’étais impure et la pierre était trop incrustée dans mon membre.
- Quoi ?!
- Coupez-lui la main maître krr…
- La ferme Scralch ! Répète-répète chose-homme !
- Je ne suis pas mutant parce qu’il ne m’a jamais rien apporté. Expliqua William dans un souffle.
- Scralch ! Vermine puante !!
J’avais ouvert les paupières et voyais à présent le maître corrupteur tirer sur la sacoche de cuir de son auxiliaire. Le sac se déchira et envoya voler une pluie de roches mutagènes qui retomba dans moult rebondissements et résonances sur la roche gelée de la grotte.
Le maître pris son second à la gorge, puis grogna fortement. Se n’était pas un grognement de haine si l’on oyait avec attention, du moins pas totalement. Les rats se séparèrent, le supérieur tombât sur le dos, un couteau dans le sternum. Dans un ultime souffle, il appela son garde. Le « rat-ogre » (comme ils l’appelaient) qui n’était d’autre que mon étrangleur, ne vint pas.
- Krkrch… Pas la peine. Les Moulders se préparent… Chose-mortes arrivent… kheuf… Pas le temps de te venger. Dit-il en ramassant un maximum de pierres vertes avant de s’enfuir par le tunnel.

Les prisonniers s’agitaient, beuglaient, sautaient dans leur cage et la secouait. Le vacarme allait alerter les skavens, à moins que Scralch ait raison ou qu’il leur règle leur compte lui-même. Mais il n’y avait pas un instant à perdre, nous étions trop près du but, l’occasion était trop belle. C’était un miracle, la réponse à nos prières.
- William dépêche-toi !
Il força avec sa main libre sur le verrou oxydé de sa cheville, et parvint à le faire sauter. Il voulut faire de même avec la menotte de son poignet, en vain.
- C’est trop rouillé, je peux pas, c’est bloqué !
- Du calme. Prend un outil.
- Il tenta de descendre mais l’angle qu’était en train de former son bras était trop douloureux et l’en empêcha. Il essaya alors d’atteindre la cisaille sur la forge.
- Je peux pas c’est trop loin.
L’excitation ambiante rendait les mutants presque fous et celui de la cage adjacente à la mienne, tendait les bras pour m’attraper.
Mes yeux vifs voyagèrent à travers toute la salle, pendant que gardais mon quant-à-moi avec le voisinage. Quelque chose brillait.
- Le couteau, William. Le couteau dans le rat, vite !
Le jeune s’étira tant qu’il le pu et proféra un juron.
- Trop loin…Toi. Viens, passe-moi le couteau.
- Quoi ? M’interloquais-je.
Je perçus le cliquetis de mailles qui s’entrechoquaient et de faibles gémissements. Les enfants enchaînés étaient non loin du cadavre puant.
- Fais ce qu’il dit ou on est mort ! Criais-je par-dessus le brouhaha des expériences en agrippant mes barreaux.
Le plus âgé des garçons pris son courage à deux mains et je le vis agripper, puis sortir le couteau dans une gerbe de sang qui le fit tressaillir. Dans la nervosité il jeta la lame au sol.
William ne se permit pas le temps de jurer et tendit le bras à s’en déchirer les muscles.
Une fois en main, il donna des coups frénétiques sur le verrou.
Le moment suivant, je le vis debout sur la table. Il sauta au sol, fit quelques pas et disparut.
- WILLIAM ! Ne me laisse pas ! Qu’es que tu fous ?!
Un silence atroce s’imposa.
- T’inquiète, je t’oublie pas.
Il s’était baissé pour prendre une épaisse tenaille, avec laquelle il essayait à présent d’arracher le clou qui retenait les chaînes au mur. Il donna des saccades successives avant de tenter une autre approche. Posant son pied sur la paroi, il pris appui et retira le fer de la pierre en y mettant tout son poids.
- William. L’appelais-je.
Je craignais vraiment qui me laissa à mon sort. Pourvu qu’il ne sache pas pour mon bras.
- J’arrive. Lança t’il.
Il courut à ma cellule, frappa sur le système de fermeture avec la tenaille et retira les chaînes maintenaient la porte fermée.
- Merci. Envoyais-je en lui donnant une tape sur l’épaule.
Je fis deux pas.
- Et eux ?
Je me retournais vers lui. Il fixait les mutants.
- Tu n’y penses pas, se sont des ennemis, des impures. Dis-je en cachant mon bras.
- Mais…
- Dès qu’ils seront libres ils nous tueront! Et je te rappelle que nous ne le sommes pas encore.
- Je te suis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitimeVen 25 Mai 2007, 18:15

Je partis en tête, William et les enfants sur mes talons. Les petits n’osaient pas avancer.
- Je pars légèrement devant d’accort ? Ne me perdez pas de vue.
Nous passâmes par le couloir, le semblant de vestibule et je fus vite arrivé au coude du long couloir où le rat-ogre m’avait étranglé. Je me colla dos à la paroi, rampa latéralement, et passa brièvement la tête pour avoir un aperçut du tunnel perpendiculaire au mien. En ramenant la tête je me détendit et posa l’arrière de la tête contre la roche avec soulagement.
- C’est bon il n’y a personne. Chuchotais-je presque aux trois autres lorsqu’ils furent prés de moi. Je demandais aux enfants effrayés de garder les chaînes dans leur bras ou de les entourer sur leurs poignets, ce qu’ils firent. Faisant appel à ma mémoire, je parvins à les guider sur une bonne partie du trajet qui menait à la sortie. Du moins je l’espérais, je ne pouvais en être entièrement sûr car je ne faisais le trajet dans ce sens pour la première fois seulement. Nous ne rencontrâmes personne hormis un petit rongeur bicéphale et un autre à tentacules devant lequel je fus pris de pyrosis.
Nous marchâmes encore un peu, puis je ralentis brutalement.
- William…c’était par où déjà ?
- Tu te rappelles plus ?!
- Non et toi ?
- J’étais inconscient quand on m’a ramené !
- Chut. Tu vas les attirer. Sifflais-je en dissimulant mon anxiété.
- …
- On est perdut c’est ça ? S’enquit le plus jeune de nous tous au bord des larmes.
- Non ça va aller. Le rassura William.
Un grognement rauque nous en fit tous sérieusement douter lorsqu’il résonna dans le tunnel.
- Vite par ici. Dis-je en les menant dans une étroite galerie partant du couloir.
Nous nous aperçûmes rapidement qu’il s’agissait d’un cul-de-sac. Les pas d’un monstre faisaient trembler légèrement le sol. Nous étions fichus.
- Assis et pas un bruit. Les morigénais-je.
- William, le couteau. Chuchotais-je.
- Quoi ? Reprit–il du même ton.
- Le couteau du rat donne-le moi.
Un doute me traversa : Avait-il confiance en moi ?
- Je…Je l’ai pas gardé…
Décidément je ne me sentais pas aidé. Je ne répondis rien.
Les pas se rapprochaient. Tous les yeux de la crevasse où nous étions guettaient l’entré de la galerie. La chose suivait le couloir en feulant, l’un des garçons gémit et je le bâillonnais promptement de ma dernière main. Un monstrueux rat-ogre passa sans heureusement nous voir. Le rat était gargantuesque, avait l’œil siloque et son échine était hérissée de pointes. Je proposai d’attendre un peu en lâchant l’enfant.

Un silence glacial s’invita dans la crevasse.
- C’est bon on peut y aller. Dit William
- Non encore un peu, il va repasser.
- Justement partons avant qu’il revienne.
- Je veux savoir à quels intervalles il fait sa ronde.
- Eh, réveille-toi. Ce n’est qu’une bête !
- On ne sait jamais. Et puis…il faut que je me repose. Avouais-je.
- D’accord mais je vais devenir fou si on s’attarde ici. Finit-il par me dire.
- Alors parlons…
- Je veux rentrer. Me coupa l’enfant à la tignasse noire. Ses yeux bruns étaient étrangement vides.
- On va y aller. Consola William.
Il s’installa devant les jeunes enfants afin de capter leurs regards.
- Toi c’est Hermann pas vrai ? Tu es le fils du couvreur, c’est ça ?
- Oui. Répondit timidement l’enfant aux cheveux sombre
- Moi je m’appelle William.
- Moi c’est Stephen. Dit faiblement le jeune garçon blond.
- Alors racontez-moi. Comment vous êtes arriver ici ?
William me faisait l’air d’un sacré remonteur de moral. Choisir de leur faire revivre ce qui était peut être leur pire souvenir dans un tel moment…Mais il fallait que nous sachions.
Les garçons semblaient hésiter.
- On a attaqué le village ? On sentait que William craignait la réponse mais qu’il désirait l’avoir depuis longtemps.
- Je sais pas… lâcha Stephen
William parut s'agacer et ouvrit la bouche mais le deuxième enfant le prit de court.
- Non, je crois que les monstres ils ont attaqué que la maison de Kyria.
- Qui ? M’interrogeais-je
- Tu veux dire Kyria Elther ? Précisa William.
Les garçons hochèrent de la tête.
- Je comprends maintenant…
- Moi toujours pas. M’irritais-je.
- Et bien si tu veux les gens du village doivent se réunir lorsqu’il y a trop de disparitions ou de choses étranges, pour prendre une décision. Les enfants dont les parents (ou le parent) sont tous dans la maison du maire, sont emmenés chez la veuve Elther. Comme elle n’a pas d’enfants elle fait en gros la garderie. M’expliqua-t-on.
- Et c’est pour cela qu’il y avait tant d’enfants de capturés?
- Oui.
- Donc une seule maison à été vidée, le reste du village est sauf. Voilà au moins une bonne nouvelle. Déclarais-je.
- I’ zon volé Kyria et tous les enfants mais, mais nous, on à couru dans le noir. Ca faisait peur.
Maintenant que Stephen avait commencé, il voulait aller jusqu’au bout.
- Pourquoi vous n’avez pas été voir vos parents ? S’étonna William.
- On s’est perdu. Se défendit Hermann.
- Mais on s’est caché. Dit fièrement le moins âgé.
- Où çà ?
- Derrière les pierres sur le chemin. Dit Hermann en baissant la tête.
- Mais les démons nous ont trouvés. Ajouta-t-il.
Ces imbéciles s’étaient jetés dans la gueule du loup en choisissant la pire des cachettes.
- Ce ne sont pas des démons. Dis-je.
- Si, i’ zétaient noirs et i’ zavaient des grandes griffes avec des couteaux verts. Et, et aussi ça faisait pas de bruit quand i’marchaient. Expliqua Stephen.
L’aîné des deux releva la tête.
- William, on rentre à la maison quand ?
- Bientôt. M’interposais-je.
L’enfant plus que surpris semblait m’appréhender. Il ne réagit pas lorsque William lui répondit.
- On se repose encore un peu.
Hermann fixa avec répulsion mon moignon par-dessus ses genoux. Sale gosse. Je croisa les bras malgré la roideur de l’un d’eux.
- Je suis pas fatigué, j’ai froid. Lança le benjamin du groupe.
- Moi j’ai faim. Se plain Hermann.
- On a tous faim d’accord ? M’énervais-je.
En prononçant ses mots je vis l’épaule écorchée de l’enfant aux cheveux de geai…on pouvait voir sa chaire…de la viande...
Je secouais la tête de droite à gauche pour m’éclaircir les idées.
- Ca va ? S’enquit le jeune homme.
- Euh, oui un peu vanné c’est tout. Mentis-je avec un regard involontaire à mon bras amputé.
- T’inquiète pas, quant on sera sortit je connais un forgeron qui pourra de faire un bon crochet.
Décidément il avait le chic pour relever le moral des troupes…
L’image du tenancier de Nagenof, où j’avais apporté mon dernier message, me revint en mémoire. L’aisance avec laquelle il manipulait son crochet m’avait épaté. Peut être le forgeron serait-il également en mesure de m’extraire la roche infecte.
Avant tout je me laverais, me raserais et m’habillerais, le reste attendrait…
Bon sang, je ne valais finalement pas mieux que ce paysan de William qui tirait des plans sur la comète tel un nouveau fermier.
- Luddwik, il serait temps d’y aller.
- Bien, levez-vous on y va.
Nous marchâmes lentement et prudemment hors de la galerie. L’air était très tendu. Nous avions la peur au ventre. Lorsque tout le monde fut sortit, nous nous mîmes à avancer à pas rapides. Nous arrivâmes à une intersection en Y. Nous étions toujours aussi nerveux.
M’interrompant dans mes pensées, un grognement tonitruant résonna dans mon dos et nous fit tous sursauter. En me retournant, je vis l’ignoble rat-ogre à pointes, foncer vers nous à toute allure depuis l’autre bout du couloir. Nous hurlâmes notre panique. L’arrivée inopinée de la créature l’avait amplifiée suite à la tension qui nous tenait.
- A gauche ! Me décidais-je subitement.
Poussé par l’horreur, nous prîmes de la vitesse. Les enfants furent peu à peu distancés. Stephen trébucha dans un tournent, Hermann l’attendit, William les attendit, j’attendit William. Le sol tremblait. Il approchait.
- Grouillez-vous ! Courez !
Un nouveau boyau droit en pente légère apparut. Il n’avait ni galerie, ni alcôves. Nous ne pouvions que courir, l’énorme rat nous rattrapait. William, qui portait Stephen sur son dos, pris de la vitesse. Ma gorge parcheminée me brûlait en aubade à mes poumons, et un point de coté me poignardait le ventre.
Un cliquetis constant couvrait les pas de la bête qui se faisaient de moins en moins lointains.
Brusquement, tout acouphène mourut. Seuls nos pas claquaient sur le sol rocailleux. J’avais tourné la tête et le torse juste à temps pour voir Hermann décoller du sol dans un craquement. William et moi ralentîmes.
Pendant que nous ne regardions pas, le monstrueux rat s’était saisit du lien cliquetant traînant derrière Hermann (qui l’avait lâché pour mieux s’enfuir), avait tiré un coup sec et puissant, les cervicales du garçon s’était brisés et leur propriétaire s’était envolé vers le rat.
Le corps atterrit violemment et roula sur lui-même à plusieurs reprises. Nous nous immobilisâmes presque en voyant le rat-ogre se baisser pour lui arracher un membre avec force craquements osseux.
La course précipitée de skavens nous fîmes reprendre la notre.
Abandonnant la proie du rongeur à son triste sort, nous optâmes pour une fine trouée au cœur d’un W. La course effrénée finie par être réfrénée. Je n’avais aucune idée du lieu ou nous étions, mais nous devions continuer, c’était notre dernière chance. Mon souffle haletant faisait écho à celui de William. Je venais de constater, le point sur la hanche, que nos respirations saccadées n’étaient pas couvertes de bruit de pas, lorsque je sentit un court d’air nouveau, plus pure et plus frais. Guidé par cette espoir et mené par sa vigueur. Je tituba à travers une cavité fort pentue. William (qui avait déposé Stephen afin de mieux reprendre haleine) me joignit sans hésitation. Un trou béant vers le ciel étoilé, vomissait une luminescente blancheur qui éblouit mes yeux inaccoutumés.

Je fus tôt dehors. L’air, l’air était bon. Je le sentais sur ma peau. Nous étions tout trois alignés devant l’une des entrées de la fosse aux rats, la tête vers le ciel étincelant. J’avais envie de crier ma liberté. Mais il fallait partir. Aller au village, en sécurité.
Un bruit tranchant sonna à mes tympans, suivit de répercussions molles tel le ricochet d’une figue. En tombant le regard je vis que ce qui roulait au sol était loin d’être figue.
Morrslieb fit briller les boucles blondes de Stephen dont les yeux écarquillés me ciblaient.
Une rapide rotation de la tête à ma droite me permit de voir avec effrois, le corps chétif de l’enfant décapité avant qu’il ne s’écroule. Ma position haut-placée me permit d’attester de la netteté avec laquelle le cou avait été tranché, et de voir le sang foncé remonter des organes.
Le froid du vent me fit remarquer que j’avais de son sang sur tout le coté de mon torse nu. Craignant pour ma vie je détalla sans plus attendre. Après plusieurs pas je fit instinctivement volte-face et dû continuer plus lentement à reculons. William était toujours debout, raidit, le menton légèrement levé, le teint blafard, les yeux révulsés. Au centre de ce que j’avais pris au premier coup d’œil pour le sang de l’enfant, sous le sternum, sortait trois pouces d’acier dégoulinant de cruor et de poison vert. A la gauche du visage blême de William, une tête sortit furtivement. Progressivement apparurent depuis l’ombre de l’antre, deux yeux ocres et luminescents, un museau de fourrure foncée, des incisives saillantes jaunâtres et une cagoule de cuir plus noir que la nuit.
Je laissa William à une lente et douloureuse mort. Ma terreur ne me laissait pas le loisir d’une conscience. Mes pieds dérapaient sur le chemin alors que le claquement d’une cape parvenait à mes oreilles. Les démons de Stephen étaient à mes trousses.
- Toi rattrape-le……arrive choses-mortes. Entendis-je partiellement au loin.
« chose-morte » Ils ne pouvaient pas dire la mort comme tout le vieux monde ? L’heure n’était pas à la linguistique et au mépris, mais la fuite. La mienne dura plus longtemps je ne l’aurais cru capable. Dorénavant je devais me restreindre à une marche rapide, que j’effectuais mi-plié par l’effort.
En reprenant haleine par bouffées d’air glacé, je sentit que l’effluve immonde de la décrépitude englobait les alentours. C’est en les voyant tituber d’amorphie, brandirent leurs fers, et expirer leurs mugissements sourds dans la putrescence que je compris le véritable sens de l’expression « choses-mortes ». Les mort-vivants commençaient à m’entourer.
J’étais pris en tenailles par deux armées ennemies.
Dans la brume naissante se dessinaient à faible allure des silhouettes plus humaines, dotées d’oblongues griffes. Je reculais d’une frayeur et d’un désespoir débilitant.

Mes épaules heurtèrent une chose inconnue et furent étreintes. Impossible de bouger. Une ombre m’enveloppait. Soudain, deux fins pieux me transpercèrent la carotide dans une ardente douleur. Je fus projeté au sol avec brutalité.
- Rhaa. Ton sang est répugnant. Cracha une voix sinueuse et bestiale.
Les crocs ne s’étaient pas enfoncés en profondeur mais je sentais mon épais fluide vitale s’extirper de mon cou. Je devais cette mort lente à l’avancé de ma mutation et à l’aversion que mon agresseur avait pour le sang muté.
Je voyais présentement mon hideux attaquant en contre-plongée. La bête n’était autre qu’une chauve-souris bipède, une parodie d’homme aux griffes interminables et acérées. Elle me tourna le dos et s’envola.

Pourquoi tant de préambule ? Pourquoi tant de souffrances ? Pourquoi tant de morts ? Pourquoi tant d’espoir offert ? Pourquoi tant d’espoir repris ? Pourquoi tant de rêves brisés ? Pourquoi ce sadisme, cette cruauté ?
Pourquoi me faire subir tout cela pour en arriver à ce point ?
Pour un message ? Une foutue missive ? Sigmar savait-il même ce que les skavens en avait fait ? Que t’ais-je fais saint Sigmar pour mériter ce sort ?
Les charognards bavant, aux dents pourries et aux lèvres noircies s’approchèrent avidement de la future dépouille que j’étais.
Je maudis ce parchemin qui m’avait attiré dans cet enfer.
Je maudis cet endroit qui m’avait anéanti homme, ce lieu abominable qui m’avait occis monstre, ce passage mortel dont abhorrait jusqu’au nom : Passage des pas égarés.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La proie du rongeur Empty
MessageSujet: Re: La proie du rongeur   La proie du rongeur Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
La proie du rongeur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La proie du rongeur
» Mary Elizabeth BRADDON
» [Collection] Le Livre universel / L'édition nouvelle
» La fouine
» Troglodytte Mignon ... et sa proie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fléau nordique: Le Chaos :: Warhammer Battle (V8 et précédentes) :: Rapports de Batailles-
Sauter vers: