Le Fléau nordique: Le Chaos



Le forum de tous les chaotiques
 
AccueilGalerieRechercherS'enregistrerConnexion
Le CrocoDeal du moment : -56%
PANDA Lit enfant cabane brut – ...
Voir le deal
99 €

Partagez
 

 Concours IX [Œuvres]

Aller en bas 
AuteurMessage
Mauldred
Seigneur Sorcier de Malal
Mauldred

Nombre de messages : 4557
Age : 33
Localisation : DTC : Dans les Terres du Chaos. Mouahahaha !
Date d'inscription : 13/09/2006

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Malal, Kasits

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeMar 21 Avr 2009, 07:21

Ici vous pouvez poster vos œuvres. Tout doit tenir dans un seul post, et n'hésitez pas à mettre les photos en thumbnails pour que la page ne soit pas trop longue à charger pour les bas débits.

Ne postez ici que vos oeuvres. Vous pouvez commenter sur ce sujet, où figure le règlement.

_________________
Mauldred le Dément, Grand Méchant Admin du Fléau Nordique, champion de Malal (le fils de M. et Mme Anus) et membre de la CTPBPM et de l'Association de Défense des Pumbagors Razorgors.
As known as : Dangorn de Castagne, chevalier de la (quê)Quête, Pair du Royaume du forum Bretonnien et membre de la Confrérie des Mercenaires du Reikland
Revenir en haut Aller en bas
Salamn
Cavalier Maraudeur


Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 04/03/2009

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Slaanesh

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeMer 22 Avr 2009, 09:56

Bon allez, c'est parti ! Voici un personnage que j'ai fais pour un concours similaire sur UvsN:

Ortzyn le Maudit

Concours IX [Œuvres] Image_10


Dans la lointaine province d'Yvresse, vivait un jeune soldat nommé Ebrilhil. Ce jeune elfe plein d'avenir n'aspirait qu'à combattre au plus vite les hordes qui assiégaient Ulthuan.
Un jour qu'il marchait dans la forêt, il s'arrêta et sortit sa gourde. Un souffle chaud lui caressa subitement la nuque. Animé par une vitesse hors du commun, Ebrilhil se tourna rapidement prêt à embrocher son ennemi. Mais il n'y avait rien; seulement les arbres et les buissons de la forêt verdoyante qui avait toujours connu. Soudain la lumière cessa de traverser les branchages, l'obscurité envahit la forêt. Puis plus rien.


[...]


Il se réveilla, entouré par quatre murs vierges. Une forte douleur résidait dans sa poitrine, et celle dans son dos semblait indiqué qu'il venait d'être marqué au fer rouge. Dans sa prison, le temps lui paraissait une éternité. Pas un rayon de lumière pour réchauffer son visage, seulement un faible son à peine audible faisait vibrer ses tympans. Au fil du temps, alors que la douleur grandissait, le son omniprésent lui paraissait de plus en plus familier. Le jeune elfe, qui semblait vieux du fait de sa captivité, attendait inssassiablement le moment de sa mort. Enfin un jour, alors qu'il dormait, Ebrilhil fut réveillé par une voix étrangère. Cette voix inspirait la crainte et surtout la peur.
" L'heure de ta comparution est arrivée"
Puis plus rien

[...]


Ebrilhil se réveilla dans une plaine. Autour de lui tout n'était que ruine et désolation. Sa douleur avait disparu mais quelque chose en lui avait changé. Son corps lui semblait étranger.
" Qu'est-ce qu'il m'arrive" se demanda l'elfe. " Mon âme semble être la même mais quel est ce corps ? "
En effet, les frêles bras d'elfes dont il était doté avaient été remplacé par d'immondes tentacules. Ses sensations n'était plus les mêmes, sa vision et son ouîe devinrent plus fines, ses mouvements amplifiés.
Soudain le vent qui soufflait dans la plaine s'arrêta et une voix résonna en écho dans sa tête.
" Ortzyn !"
Ce mot se répéta plusieurs fois dans sa tête. Incapable de répondre, Ebrilhil s'allongea sur le sol et se tordit de douleur.
" Tu as désormais un nouveau maître. Obéis moi", fit la voix.
Ebrilhil avait les lèvres comme cousus, cet écho était insupportable. Une force irrésistible commençait à prendre possession de son corps et de sa tête.
Comme si il était enchaîné, il ne contrôlait plus ses mouvements et avançait droit devant lui. Au fil des pas son âme noircissait, son coeur devenait aussi noir que ce qui l'entourait.
Le temps semblait s'être arrêté, plus un son ne semblait vouloir briser la marche du démon. Un chuchotement vint finalement rétablir l'ordre.
"Oui ! Maître", chuchota Ortzyn.

Ainsi commence l'histoire de Ortzyn le maudit...

[...]


Ortzyn commençait sa longue marche dans les immenses plaines des contrées nordiques. Au fil du temps, le souvenir qu'il gardait de sa famille en Ulthuan s'assombrissaient. Désormais rien ne l'importait mise à part les missions de son maître.
Doté de nouvelles facultés, le nouveau serviteur mi-elfe mi-démons semblait s'être adapté. Son corps d'elfe mutilé représentait parfaitement la haine qu'il portait à ce monde qui l'avait fait et détruit.

Quelques lieux plus loin, un groupe de cavaliers maraudeurs avides de combats se rapprochèrent de Ortzyn. L'un d'eux s'avança vers l'être difforme et s'adressa à lui :
" Eh toi ! Que viens tu faire sur les terres de Morlack ?"
Une bourrasque de vent répondit au guerrier.
"Je t'ai posé une question!", s'exclama-t-il. Toujours rien.
Le maraudeur se saisit d'une hache et visa le jeune elfe. Le tournoiement des lames dans l'air fit vibrer les oreilles du serviteur. En un instant, une tentacule déviât la hache de sa trajectoire.
Le reste des cavaliers se mirent à s'enfuir mais seul le chef resta sur place, pétrifié par ce qu'il venait de voir.
Une voix familière résonna dans la tête de Ortzyn:
"Tue le !"
Le serviteur se saisit du cavaliers et dans une étreinte mortelle mit fin à sa vie. Il venait de faire sa première victime et déjà il se sentait de plus en plus puissant. Après avoir dépouillé le corps, il s'en alla errer au loin.
La hache avait pourtant laissé des traces sur le corps d'Ortzyn mais la blessure avait déjà commencé à disparaître. La magie qui l'habitait communiait partout où il allait.


[...]



Ortzyn ne semblait connaître la douleur ni la fatigue. Il avançait droit devant lui sans se soucier des rares étrangers qu'il croisait. Plus tard il atteignit Kislev, la puissante contrée réputée pour sa ténacité devant l'assaut des hordes chaotiques. C'est précisément à ce moment que Ortzyn reçu son premier ordre d'assassinat.
Kislev était en vue et déjà Ortzyn sentait l'odeur de ces milliers d'hommes en proie au stress de l'attaque.
Aux portes de la cité de sa victime, Ortzyn se sentait confiant. Peut-être un peu trop. Lors de son dernier combat il n'y avait que un seul homme. Derrière ces portes se tenait toute une garnison prêt à surgir au moindre incident.
L'entrée dans la cité semblait délicate avec son accoutrement. Ortzyn se recouvrit le corps d'un long drap brunâtre et demanda audience au souverain de la cité.
Utilisant la méthode des redoutés assassins elfes noirs, il avança lentement vers le palais, se cachant du regard des villageois intrigués par cet étrange visiteur.
Dans le palais l'attendait le Boyard ainsi que toute sa suite personnelle. Ce dernier s'adressa promptement au visiteur:
"Que vient tu faire dans cette contrée éloignée visiteur ? Dis nous ton nom"
- " Je me nomme Ortzyn. J'ai pour mission de vous éliminer selon les ordres de mon maîtres."
A ces mots, des dizaines de kossars se préparèrent à tuer l'inconnu au moindre de ses mouvements. Déjà, les dignitaires reculèrent d'un pas. Soudain, Ortzyn prit la parole:
"Je m'attendait à un peu plus de résistance de votre part. Mon nouveau maître vous à sur-éstimé"
En un instant une douzaine de tentacules vinrent frapper avec fracas les pauvres kossars. Sans bouger de où il était, Ortzyn venait de mettre à mal la garde rapprochée du souverain.
" A ton tour ! Regarde moi dans les yeux et attend toi à une damnation éternelle !", s'écria la créature.


[...]



Après s'être enfuit de la ville, Ortzyn se réfugia dans les montagnes toutes proches pour réfléchir sur son destin. L'esprit d'Ebrilhil n'avait pas totalement disparu, une partie de son âme cherchait encore à faire le bien. Pendant des heures, Ortzyn cria de toutes ses forces. Aux alentours, les bêtes et les monstres fuyaient ses cris. Finalement les cris terrifiant appâtèrent les skavens.
Cinq skavens de premier ordre sortirent d'un trou nom loin d'Ortzyn. Persuadés que cet inconnu devait posséder de grande richesses ils s'attaquèrent à lui sans prendre gare.
"ムイイ尺ムアア乇乙 レ乇", lança le chef présumé de la bande.
D'un revers de tentacule, Ortzyn écarta deux des skavens contre la paroi. Les trois autres reculèrent subitement. La soif de sang de Ortzyn aura eut raison d'eux.


[...]



Après l'épisode dans la ville et dans la montagne la rumeur d'un être surnaturelle pris forme dans les régions voisines. Tous craignait désormais l'être diforme envoyé par le Chaos pour persécuter les dernières forment de résistance humaines. Mais la menace venait de s'écarter, Ortzyn continuait son chemin, là où son maître voulait l'envoyer.
Son voyage le mena dans les lointaines contrées de Nehekhara. La terre des morts-vivants servants leur Roi contenait encore de nombreux trésors. Mais ce n'était pas l'appât du gain qui interessait Ortzyn, rien ne l'intéressait d'ailleurs mise à part la volonté de son maître.
Sans s'y attendre c'est ici même, dans cette contrée si éloignée de son Ulthuan natale que Ortzyn allait effectuer son plus éprouvant et déterminant combat.


[...]


PROFIL
Concours IX [Œuvres] Sany0514
Ortzyn:
M CC CT F E PV I A Cd
6 7 6 4 3 2 8 3(4) 9
Concours IX [Œuvres] Sany0510Concours IX [Œuvres] Sany0510Concours IX [Œuvres] Sany0512Concours IX [Œuvres] Sany0513Concours IX [Œuvres] Sany0514Concours IX [Œuvres] Sany0515

Ortzyn le maudit erre dans les désolations du Chaos afin d'éxecuter les victimes désignés par son maître. Ainsi n'étant que le sous-fifre il occupe un seul choix de héros. Il peut etre selectionné dans une armée de horde du chaos ainsi que dans un ost du culte de slaanesh. Il ne peut recevoir aucun équipement ou objet magique supplémentaire.

Points: 230

Arme: Ortzyn porte les Epées de Daëwen.

Armure: Armure légère.

OBJETS MAGIQUES:

Epées de Daëwen
Il y a de nombreuses années, Ortzyn a combattu un chef réputé de guerriers fantômes nommé Daëwen. En guise de trophé il dérobat au cadavre les épées qu'il portait lors du combat.

Les épées de Daëwen accorde à son porteur un bonus de + 1 en Force et comptent comme deux armes de corps de corps ce qui lui confèrent donc une attaque supplémentaire.

Bracelet de puissance de Kiirkt queue de bois
Lors d'une lointaine mission dans les souterrains de Malefosse, Ortzyn fut confronté à l'un de ses plus redoutables adversaires. Lorsque la tête de son adversaire roula par terre, il s'empressa de voler les bracelets de puissance de sa victime en échappant aux hordes skavens à ses trousses.

Objet de sort de niveau de puissance 4
Une fois par phase de magie, le porteur peut libérer la magie des Brassards. Ce sort ne nécessite pas de dé de Pouvoir, toute la puissance est fournie par les Brassards eux-mêmes. La Force de base de l'utilisateur est doublée jusqu’au début de la phase de magie suivante.

Parchemin d'Amenldir
Ortzyn a beaucoup voyagé et à réuni bon nombre de parchemins magiques afin de perfectionner sa puissance de tir.

Objet de sort de niveau de puissance 3
Le parchemin contient le sort boule de feu et peut être utilisé une fois par partie. Ce sort ne nécessite pas de dés de pouvoirs, toute la puissance est contenue dans le parchemin.

REGLES SPECIALES:

Familier:
Ortzyn s'est lié avec un familier lors de ses voyages. Depuis ils vivent en symbiose.

Le familier créé autour de son maître et de lui même une distortion. Toutes les attaques non magiques visant Ortzyn subissent un malus de -1 pour le toucher au tir comme au Corps à Corps.
Le familier n'a pas de profil et ne peut donc etre attaqué. Il n'a aucune incidence sur la PU de lui et son maitre qui reste de 1. De plus Ortzyn a un champ de vision de 360°, son famillier ne faisant que tourner autour de lui.
Si Ortzyn est tué son familier est considéré comme mort également.

Régénération:
Les tentacules de Ortzyn sont constitués de magie et de matière organique ce qui leur permet de reprendre forme aprés un avoir subi une attaque. Ortzyn est sujet à la règle de régénération.

Tentacules irrépressibles:
Ortzyn peut utiliser ses tentacules comme une arme de tir de portée 8ps infligeant à sa cible 1D6 de Force 3 réparties comme du tir.

Eclaireur:
Ortzyn peut se déplacer furtivement et efficacement au coeur des lignes ennemis. Il peut se déployer soit en même temps que les personnages soit en même temps que les éclaireurs. Ortzyn est donc sujet à la regle: éclaireur. il peut éventuellement rejoindre une unité d'ombres.

Tueur acharné
Ortzyn a tuer de nombreuses personnes de marque et fait preuve d'encore plus de férocité lorsqu'il combat des héros réputés
Pour représenter ceci Ortzyn peut relancer tout jet pour toucher raté lorsqu'il attaque un personnage du camp adverse, souvenez vous que chaque dé ne peut etre relancé qu'une seule fois.
Revenir en haut Aller en bas
Hell Achéron
Modérateur du Chaos
Hell Achéron

Nombre de messages : 654
Age : 31
Localisation : Liège
Date d'inscription : 19/02/2009

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s):

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeMer 27 Mai 2009, 00:14

Alors, voilà, j'ai finit mon personnage: les photos sont déjà présenter en modélisme, mais je reposte... Si j'ai le temps de faire un vrai dessin, j'en ferais d'ici la et j'éditerais (si je peux bien sur... xD)

Lallwende, la Dévoreuse de Plaisir
Lallwende est originaire du centre de l’empire, fille du Prêtre-Guerrier de Sigmar Valhus le Sage. Elle grandit comme tout enfant impérial normal, étant même une des favorites du village, toujours enclinte à aider autrui. Malheureusement un jour, son père mourut en combattant face aux armées Mortes-Vivantes de la Sylvanie. Dès ce jour, Lallwende perdit de son éclat, et se referma sur elle-même. Cherchant vengeance, elle s’arrangea pour faire partie de l’armée, camouflant comme elle pouvait ses formes féminines pour être engagée. Des années plus tard, elle devint une guerrière accomplie, et bien que sa nature de femme fût révélée lors d’une blessure subie à la hanche pour sauver son supérieur, ses talents lui permirent de rester dans l’armée.

Ce n’est que 4 ans après son insertion dans l’armée impériale qu’elle partit vers la Sylvanie faire la guerre aux Nons-Morts. Et elle mit près de deux années avant de retrouver son père, devenu vampire. Ce dernier n’ayant plus aucune conscience humaine tentât de tuer sa propre fille, et lorsque sa lame s’enfonça dans son torse, elle s'effondra. Son père voulu pencher ses canines dans sa gorge frêle, mais du aller s’occuper des survivants tentant de le vaincre.

Mais, Lallwende n’était pas morte, et dans sa semi inconscience, proche de la folie du à son manque de sang et la douleur de voire son père, son héros ainsi transformer, elle pria Sigmar de l’aider à se relever. Chose qu’il ne fît pas. Alors, de ses yeux embrumés, elle vu une dernière fois son père massacrer les siens et une voix surgit dans sa tête. Celle-ci était suave, douce, familière, mais en même temps envoûtante et obscène. Elle lui proposait de la rendre plus forte pour pouvoir accomplir son désir le plus cher, et en échange, une fois ce désir accomplit, elle devait lui offrir le reste de sa vie en servitude. Elle accepta, et c’est alors qu’un pendentif fait d’améthyste apparut la où elle était transpercé et une force sans pareille la revigora. Lorsqu’elle saisit son épée, elle se transforma en une longue lance effilée et elle bondit sur son père qu’elle décapita d’un coup, avant même qu’il ne puisse se retourner. Mais la folie de Lallwende était devenue sans pareille. Le sang de son père toucha son visage alors qu’elle-même versait des larmes de sang, maudissant toute vie. Et là, elle abandonna non seulement son existence à la voix étrange, mais aussi son âme, lui suppliant d’en faire une marionnette pour oublier la douleur et la vie qui avait été siennes.

Nul ne sait exactement ce qui se passa ensuite, mais Lallwende ne rentra jamais chez elle mais partit vers les Désolations du Chaos, toujours guidée par la voix. En ce lieu, elle assembla une armée et devint rapidement une chef respectée et adulée. Pour ses victoires et exploits, elle reçoit fréquemment les bienfaits des Dieux. Dernièrement, son sombre Maître lui à offert un nouvel atout pour semer ça douce parole: le puissant dragon du Chaos Fauchevie. Depuis, tous les autres villages des environs qui ne lui avaient pas encore prêté allégeance l’ont fait, ce qui lui a permit d’augmenter encore considérablement son armée. Et elle continue de se plonger dans les pires excès pour oublier sa douleur, et se lance dans la bataille avec une férocité sans faille, se mouvant comme un pantin tiré par les ficelles de son Prince Noir...


M CC CT F E PV I A CD
Lallwende 5 9 3 5 5 3 7 6 10
Fauchevie 6 7 0 7 6 7 3 6 9

Points: 910pts (420 pour Fauchevie, 490 pour Lallwende)

Règles spéciales:
L’Oeil des Dieux
La Volonté du Chaos

Marque de Slaanesh

Dons du Chaos :
Lallwende possède le don démoniaque Musc Soporifique.

Volonté de Slaanesh : lorsque Lallwende fait un jet sur l’œil des Dieux, elle lance un dé supplémentaire et choisit les 2 dès qu’elle désire. Valable uniquement quand elle tue un champion et non une grande cible.

Fauchevie: Fauchevie est un dragon du chaos que Slaanesh à toujours offert à ses champions les plus vaillants. Sur la selle qu’il porte sur le dos se trouve l’étendard personnel de Lallwende: La Dévoreuse de Plaisir compte comme porteuse de la Grande bannière (choisissez la bannière et ajoutez le coût). Il peut lancer les 2 souffles habituels des Dragons du Chaos. Mais il peut aussi utiliser au lieu d’un des deux souffles un troisième : Le souffle du désir provoque des touches de force 3. Chaque unité subissant au moins une blessure doit effectuer un test de panique.


Équipement:
Armure du Chaos, bouclier

Objets Magiques:

La Mort Souriante

La lance de Lallwende est une arme d’une puissance incalculable. Depuis qu’elle la manie, l’Inquisitrice de Slaanesh n’as subit aucune défaite. On raconte que la Mort Souriante mange doucement la vie de Lallwende et qu’elle doit l’abreuver en âme régulièrement pour ne pas mourir par ses effets.

Les Blessures causées par la Mort Souriante enlèvent 2pv par touche. De plus, chaque fois que Lallwende tue une figurine, les pv totaux de celle-ci sont rajoutés à son profil, jusqu’au double de sa valeur de départ. Cependant, au début de chaque tour du joueur du Chaos, Lallwende perd un pv, pouvant l’amener à mourir.

Ambition
Ambition est la pierre précieuse enfuie dans la blessure que son père lui infligea. Elle maintient Lallwende en vie, mais lui donne en prime des capacités hors du commun.
Lallwende peut choisir d’être affecté ou pas par n’importe quel effet psychologique (comme un sort, une frénésie, stupidité, …) à son gré. De plus, Ambition immunise le porteur et sa monture contre le domaine de Slaanesh.

Le Casque de la Vanité

Ce casque magnifiquement ouvragé est aussi un cadeau qu’a reçu Lallwende de Slaanesh. Il donne à L’inquisitrice une confiance en elle sans faille, ainsi que des pouvoirs capables de terrasser n’importe quel adversaire.
Lallwende est obligé de lancer un défi et de le relever, quoi qu’il arrive. Mais sa vanité la pousse à devoir accepter les défis qu’un adversaire lui lance jusqu’à un maximum de 6ps d’elle. Cette action doit avoir lieu pendant la phase des mouvements obligatoires de l'adversaire du joueur du chaos. Si Lallwende n'est pas déjà au corps à corps, elle va directement au contact avec la figurine et le duel commence par ordre d’initiative (sauf si l’adversaire possède une règle disant le contraire). De plus, toute figurine en contact socle avec Lallwende doit effectuer un test de Commandement au début de chaque corps à corps sous peine d’êtres subjuguée. En cas d’échec, elles portent des attaques qui touche sur du 6+ pendant ce tour, et Lallwende touche sur du 2+.

Concours IX [Œuvres] Dsc00044kq1.th

Concours IX [Œuvres] Dsc00035cg1.th

Concours IX [Œuvres] Dsc00037zf5.th

Concours IX [Œuvres] Dsc00040pw9.th

Concours IX [Œuvres] Dsc00043dy0.th

_________________
Ad Chaos Aeternum


Dernière édition par Hell Achéron le Mar 18 Aoû 2009, 01:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Saint Kasits
Dieu de la défaite
Saint Kasits

Nombre de messages : 1009
Age : 35
Localisation : Tarbes(65)
Date d'inscription : 21/09/2007

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Moi mouahahahahaha!

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeSam 22 Aoû 2009, 05:53

K-Ezar, Meneur de la Roue enflammée
525pts


Dans le nord, les tribus parlent lors des nuits de brouillard d'une force de guerrier de tzeentch qui lors de sa plus célèbre bataille profita du brouillard pour défaire ses ennemis. Cette force était mené par un homme n'ayant pas été élevé au sein des tribus du nord.

K-Ezar a grandi en la lointaine Arabie, Fils d'un cheikh dirigeant une petite cité commerçante, il avait tout pour lui, doué en tout, bon duelliste et surtout héritier de son père, il avait un destin tout tracé comme dirigeant de la cité à la mort de son père. A son dix-huitième anniversaire, un conseiller de son père le poignarda sous les yeux de son fils. Cet acte ignoble n'était que le dernier d'une prise de pouvoir manigancer depuis des années. K-Ezar jura sur le corps de son père que l'auteur de tout ceci mourrait de sa main.

Neuf jours après la mort de son père, après s'être assuré du confort et de la sécurité de sa famille, K-Ezar décida de voyager loin au nord, les anciens prophètes disait que l'on y trouvait le pouvoir et la force de tout faire. Au bout de neuf semaines passées à voyager vers le nord à dos de son étalon, K-Ezar entendit les roues de chariots au loin et en appuyant le regard il aperçu un char de guerre monstrueux, dans son sillage il laissait une terre brulée, et l'être le conduisant surpassais même l'ancien chef de la garde de son père, pourtant ce dernier n'avais pas besoin de faire agenouiller son dromadaire pour monter dessus. Alors que le char s'approchait, K-Ezar reprit ses esprits et se mit en position, il avait déjà combattu des chars dans le désert à l'occasion d'un raid des créatures mortes du sud, et il avait appris comment en éviter les faux. Au moment ou il frappa le conducteur de sa lame recourbée, K-Ezar fut frappée par un eclair dorée et celui-ci semblait pas venir du ciel mais bien du sol. K-Ezar s'évanouit sous le choc et ne reprit conscience que bien des heures plus tard.

Lorsqu'il se réveilla il perçut le monde différement , des énergie parourait le ciel, et il devinait à l'avance chacun des gestes des gens l'entourant. D'ailleurs ces même gens lui étaient inconnu mais le servait tous comme s'il était leur seigneur. Un Guerrier plus imposant que les autres se présenta à lui et lui parla dans un langage qu'il parvaint, à sa surprise, à comprendre:
« Seigneur, L'architecte vous a nommé à la tête de la Roue enflammée, je me nomme Ra'f Ahel et je doit vous conduire au nord pour y passer l'épreuve »

Lors de son retour K-Ezar était plus le même homme, sa carrure avait plus que doublé, sa lame fumait et des éclairs d'or crépitait tout autour de lui. Son premier raid en tant que meneur de la roue enflammée fut lancé lors d'un jour de brouillard sur une petite ville installée dans le pays des trolls. Le seul survivant parla d'un démon sur un char de feu qui émergeait du brouillard en broyant ses ennemis ou les éxécutant de sa lame ensorcelée.
Son deuxième raid fut conduit sur une ville commerçante arabienne et on dit que tzeentch ricanna de voir la population de la cité marchante passé au fil de la lame par son fils favoris.



M CC CT F E Pv I A Cd
K-Ezar 4
8
3
5
5
3
7
5
9
Ra'F'Ael
-
5
3
4
-
-
5
3
8
Char
-
-
-
5
5
4
-
-
-
Destrier
8
3
-
4
0 0 3
1
-
K-Ezar compte à tout point de vue comme un Seigneur lors de la sélection de l'armée. Votre armée ne peut inclure qu'un seul K-Ezar

Equipement:

  • Sabre Arabien
  • Robe changeante
  • Char du Meneur

Règles spéciales:

  • La volonté du chaos
  • L'oeil des dieux
  • Meneur de la Roue enflammée
  • Regard de l'architecte
_______________________________________________________________________________________

REGLES SPECIALES

La volonté du chaos, L'oeil des dieux

Meneur de la Roue enflammée:

La Roue enflammée est le nom donné à une bande guerrière dévouée au grand architecte et la particularité de ce groupe est de combattre essentiellement à bord de char. Lorsque une tribu voit la ligne d'horizon se couvrir de char au couleur irisée elle sait qu'arrive la force du maitre des destins, et ne peut que s'agenouiller devant sa puissance ou succombée.


L'armée qui inclut K-Ezar compte les char du chaos comme des unités de bases.


Regard de l'architecte:
Lorsque Tzeentch à poser pour la première fois son oeil sur K-Ezar il a souhaité faire de lui un champion hors norme, les talents de duelliste du champion se devait de ne pas êtres gaspillés mais son érudition non plus, il lui accorda donc les deux à la fois.


K-Ezar est un sorcier de niveau 2, utilisant les arcanes de tzeentch. Il dispose également d'une sauvegarde invulnérable de 6 et d'un bonus de 1 pour lancer ses sorts.




OBJETS MAGIQUES

Sabre Arabien:

Ce sabre arabien incrusté de runes à la signification perdue depuis des générations accompagne K-Ezar depuis la mort de son père des mains du tyran Ark Ben-Lorir. Depuis son exposition aux énergie s'echappant du portail brisé, il produit une vapeur passant du bleu au pourpre.


Arme de Base. Cette arme confère à son porteur la capacité Coup Fatal

Robe changeante:
Cette robe de cheikh aurait appartenu au père de K-Ezar et ce dernier la porte encore au dessus de son armure, depuis le corps, l'armure et la robe ont fusionné pour donner cette étrange envellope démoniaque mouvante autour de K-Ezar.


Cette armure confère une sauvegarde de 3 et immunise son porteur à la règle coup fatal.

CHAR DU MENEUR
Le meneur des roues de feu conduit toujours ce char bénis par tzeentch lui même.

Equipement:

  • Hallebarde
  • Faux

Règles spéciales:

  • Les touches d'impacts effectuent des Attaques enflammées
  • La Volonté du chaos
  • Peur
  • Char

Equipage:

  • Ra'f Ahel (guerrier du chaos avec un profil amélioré)

Tiré par:

  • 2 Destrier du Chaos caparaçonnés; (-1 en mouvement)

Le char à une sauvegarde d'armure totale de 3


Concours IX [Œuvres] Char_t10

Figurine non peinte mais Slagounet m'a informer que la figurine n'était même pas obligatoire que il y a 2H ...du coup j'ai pondu ces règles...
Revenir en haut Aller en bas
Slagash
Seigneur Pervers de Slaanesh
Slagash

Nombre de messages : 2878
Age : 28
Localisation : Grand Ouest (49, 44, 53, 85...)
Date d'inscription : 30/11/2006

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): The Banana King

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeDim 23 Aoû 2009, 16:24

Slagash
Le Lascif, le Favoris du Prince, le Sombre Marchand, Celui aux Bêtes


Concours IX [Œuvres] P1050607



Entretient


Lorsque j’entrai dans la salle il était déjà là, je ne le voyais pas mais je l’avais senti bien avant de franchir la porte. Je reconnu ce parfum envoutant et suave que j’avais déjà senti auparavant. Je ne pourrais décrire la pièce dans laquelle je me trouvais, car si le luxe, l’extravagance et le stupre dont suintait la moindre parcelle du palais m’étaient devenus étrangement familier ils dépassaient l’imagination.
« Prenez place Basil, prenez place je vous en prie »
Sa voix me fit mal au crâne, comme à chaque fois au début, il y avait une sorte de son sous-jacent qui me vrillait la tête et qui finissait par s’installer au fur et à mesure. A la fin des entretient j’avais l’impression de sortir d’un rêve.
Je m’assied dans le fauteuil qui lui faisait face, il était là, nonchalamment posé comme à son habitude, une jambe par-dessus l’accoudoir et fumant à un narguilé aux formes obscènes. Je haïssais cette chose que je ne pouvais plus considérer comme un homme mais je l’admirais, évidemment, j’admirais sa beauté, son esprit, le moindre de ses gestes était gracieux et pourtant son existence même était une offense à tout ce en quoi je croyais, ou avais cru.
« Vous êtes très élégant. »
Je m’en voulu d’avoir laissé s’échapper si facilement ce compliment et me mordis la langue. Il sourit et me répondit simplement
« Hélas non, puisque vous l’avez remarqué. »
Je rougis et baissais la tête. Sans un mot je sortis mes affaires, quelques plumes, de l’encre et un amas de feuilles vierges ou annotées.
« Attendez Basil, j’ai quelque chose pour vous. »
Il leva la main imperceptiblement et un esclave arriva, portant un pupitre qu’il déposa devant moi. J’évitais de regarder l’être béat qui semblait être comblé que son maître lui ait accordé l’honneur d’une tâche.
« Voila qui vous facilitera la vie je l’espère Basil, j’ai remarqué la dernière fois que vous aviez peine à prendre vos notes. »
« C’est vrai, cela me sera utile en effet »

Je m’installais et me préparais à reprendre l’entretient de la veille, je pris une note que je relu en diagonale avant de commencer.
« Hier vous m’avez raconté votre enfance, votre situation familiale, vous permettez que je résume ? »
« Je vous en prie Basil »
« Vous êtes né Vassily Von Beyck à Marienburg, fils de Silvana et Magnus Von Beyck. Votre père était originaire de Nuln et votre mère de Kislev. Votre père a fait fortune dans le commerce maritimes et a acheté sa noblesse à Marienburg. Vous aviez une jeune sœur, Svetlana.»
« C’est tout à fait exact. »
« Vous avez fait vos études à Nuln puis vous avez étudié l’Histoire à Marienburg à l’âge de vingt quatre ans.  »
« Étions nous rendu là ? »
« Oui »
« Très bien, alors il est grand temps de vous parler des personnes qui étaient proches de moi à cette époque. C’était quelques étudiants comme moi que j’avais rencontré à Nuln, je les avais décidé de continuer leurs études à Marienburg comme moi. Nous étions la fine fleur de la ville, tout ce que l’on pouvait envier, la richesse, l’intellect et surtout la jeunesse. La jeunesse était notre seule véritable richesse, comprenez vous Basil ? »
« Vous redoutiez de vieillir ? »
« On peut dire cela, nous considérions que vieillir n’était pas distrayant, la jeunesse peut tout. Mais revenons à notre sujet, nous menions une vie d’esthète, étudiant l’Histoire mais rêvant de l’écrire nous même. Nous avions de nombreuses lubies, nous avions même convaincu ancien mercenaire de nous apprendre le maniement des armes voyez vous ? »
« Et pourquoi ne pas payez un professeur d’escrime ? »
« Oh nous l’avions fait, mais trop de théorie, si nous recherchions le raffinement nous voulions aussi bel et bien savoir nous battre vous savez. Je sourie en pensant que Notre Prince devait se réjouir de voir ses favoris se forger eux même… »

Je fit le signe de la comète à deux queue par réflexe.
« Oh Basil, ne soyez pas si infantile voulez vous. »
Il reprit une bouffée de fumée qu’il recracha, je ne fut même pas surpris de voir qu’elle avait une forme de fleure.
« Cela me fais penser que je ne vous ai pas parlé de religion. A l’époque j’avais reçu une éducation principalement sigmarite, mais ma mère, contre l’avis de mon père, nous avait appris, à moi et à Svetlana, le culte de Dazh, le dieu du feu kislévite. Je dois vous avouer que je n’étais pas un fervent pratiquant. »
Il dit cela avec un sourire qui révéla ses crocs, je frissonnai.
« Ma sœur était encore moins croyante que moi, cela lui avait valu des soucis avec le clergé, mais l’argent apaise les esprit voyez vous. »
Je hochai de la tête.
« Nous avions des projets, on a toujours des projets lorsque l’on est jeune n’êtes vous pas d’accord Basil ? »
« Je ne suis plus jeune. »
« Reprenons alors, j’avais beaucoup étudié les histoires de conquêtes, les créations d’empires, j’aimais particulièrement la période Rémane. Toujours est-il que je rêvais de forger moi-même mon propre empire et d’écrire ma propre histoire. Ce n’était qu’un rêve L’autre ambition que je nourrissais et partageais avec mes comparses était de devenir chevalier. Bien entendu cela nous était impossible, jamais nous n’aurions put prétendre à le devenir auprès des ordres officiels. Vous voyez où je veux en venir Basil ? »
« Vous vouliez en créer un ? »
« Exactement Basil, exactement. Un ordre pour nous seuls. Mais cela ne se fait pas comme ça, jamais nous n’aurions été reconnus autrement que comme une vulgaire bande de chiens de guerre. Mais au final nous n’en avions cure. Le rempart était les finances, bien que riches, très riches même il était délicat d’investir autant, d’autant plus que j’avais d’autre dépenses… »
« Vous m’en avez trop dit… »

Il sourit encore.
« Vous avez beau me haïr Basil, vous êtes terriblement curieux de connaitre mon histoire n’est-ce pas ?  N’essayez pas de le nier. »
« Pour combattre un ennemi il faut le connaitre et… »
« Ne jouez pas à ça avec moi, vous savez très bien qu’aucune personne ici n’a envie de me tuer, au contraire, il se tueraient pour moi ne serait-ce que pour me divertir un instant. Ils me considèrent comme un demi-dieu comprenez vous ? Ce que vous écrivez, vous l’écrivez pour moi, parce que cela m’amuse de vous parler de tout cela. Et votre esprit d’érudit ne peut résister à une telle tentation. »

Je me mordis la lèvre.
« Non, non c’est vrai. » avouai-je. A quoi bon mentir ?
«  Revenons à nos moutons Basil, à cette époque je dépensais beaucoup pour me procurer de l’ayahuasca. C’est une plante très rare qui viens des jungles de Lustrie et comme vous pouvez vous en douter elle coûte terriblement cher. Mais cela valait le coup Basil, imaginez vos sens décuplés, votre perception du monde accrue, vous voyez le monde Basil, vous le voyez réellement, l’ayahuasca vous transporte dans des lieux fabuleux, vous visitez les endroits les plus secrets du monde. Bien que je n’en ai pas eu conscience à l’époque, c’est par cet intermédiaire que le Prince Noir me rendit visite la première fois. »
Je déglutit et attendit la suite.
« Il ne m’est pas apparu mais m’a parlé, distinctement et m’a dit de nous trouver une île, de la fortifier, de la féconder avec une machinerie de guerre. Il m’a dit comment procéder… »
A ce moment, deux personnes entrèrent dans la pièce. Un colosse aux yeux de chat et une femme à la silhouette parfaite. La femme susurra quelques mots délicatement à l’oreille de mon interlocuteur et je croisai son regard. Le désir me saisit malgré moi et je me forçai à regarder ailleurs. Puis ils partirent après avoir reçu un signe de tête affirmatif.
« Basil, je vais écourter cet entretient. »
« Je n’ai pas d’autre choix que de faire avec »
répondis-je
« Certes, mais avant de vous laisser j’ai quand même envie que nous survolions ma vie, ses moments clés diront nous. J‘en ai le temps.»
« Je vous écoute… »
« Et bien tout à basculé lorsque ma sœur s’est faite agressée voyez vous, en pleine rue, un soir. Elle fut portée au couvent de Shallya le plus proche mais on m’apprit sa mort le lendemain. Ce drame devait me faire perdre la moindre parcelle de foi sigmarite qu’il me restait. J’étais près pour accueillir le Prince Noir. Cela se produit peu de temps plus tard, Reihnart, un ami, fit la découverte, par pur hasard, d’une cellule sectaire dans la ville et nous en fit part à moi et au reste de nos amis. La première réaction fut de vouloir le dénoncer, bien entendu, mais après avoir enquêté plus profondément, nous nous sommes rendu compte que des personnes proches de nous en faisait partie et, plus important, que des personnes influentes de la ville y étaient mêlées. L’occasion était trop belle, nous avons réunis les preuves et nous les avons placées dans un coffre scellé, confié à une personne de confiance qui avait l’ordre de l’ouvrir s’il nous arrivait quoi que ce soit. Sur de cette garantie nous avons fait chanter les membres de cette secte. »

Je grattait frénétiquement mes feuilles pour ne rien perdre de ces révélations.
« Nous pouvions enfin investir et créer notre ordre Basil ! Mieux encore, nous pouvions décrocher des contrats exclusifs grâce à nos relations, ce fut une période faste et florissante. Nous gagnions tellement d’argent qu’au bout de quelques années nous étions complètement indépendant. Ainsi nous mirent fin à nos activités d’escorte et tous me jurèrent allégeance. Vous venez d’ailleurs de voir mes deux plus fidèles lieutenants. Anciennement Sergeï Illitch et Maria Schönharren, mais ne vous avisez pas de prononcer ce nom, ce privilège m’est réservé. »
« Jamais je ne prononcerai vos noms démoniaques ! »
« Allons allons Basil, vous redevenez infantile… Je disais donc que ce fut une période florissante, mais vous devinez que le luxe appelle l’excès, que l’excès appelle le stupre et que le stupre mène au Prince. Certains d’entre nous partageaient mon avis, qu’il devenait évident qu’il serait plus profitable de rejoindre la secte plutôt que de l’exploiter. Évidemment certains s’y sont violemment opposés et nous avons du les faire taire, eux et la personne qui détenait encore le coffre scellé. Ainsi nous furent intégrés par la grande porte et nous avons reçu nos noms, nos noms véritables par lequel le Prince nous désignait. 
S’ensuit beaucoup de péripéties, nous avons voyagé dans les Principautés et par nos lames avons forgés notre propre royaume, mais la jalousie des empires voisins nous écrasa bientôt sous leur nombre. Amer, je partit pour la Lustrie à la tête d’une armée de mercenaires pour piller les richesses oubliées. Nous n’y trouvâmes que la mort, lente, lente comme le fleuve sur lequel nous naviguions à l’aide de gigantesques radeaux. Je fut le seul à en réchapper, je m’enfonçai désespéré dans la jungle moite et étouffante dans l’attente de ma fin, mais les animaux me fuyaient, comme les indigènes. Enfin le Prince me mena à un temple, un temple incroyablement ancien qui datait de l’époque où les démons parcouraient librement le monde et où les races anciennes les combattirent et les repoussèrent. Je ne puis vous dire ce que j’y ait trouvé aujourd’hui, mais je repartit sur le Vieux Monde et retrouvai mes fidèles suivants. Je les fit pénétrer dans le temple pour qu'ils voient de leurs yeux ce que j'avais vu. Par la suite nous fîmes voile vers le Nord et après quelques décennies de batailles nous menions des tributs entières. Suivant les préceptes du Prince nous les avons emmenés sur une île, Ungaar, Celle qui convenait. Nous y construisîmes une forteresse, une véritable cité à la Gloire du Prince Noir. Mais la trahison était dans nos rang. Je n’ai pas le temps de m’étendre sur le sujet mais la guerre qui en résultat fut longue et âpre. Une fois de plus je du laisser ce qui m’appartenait.

Aujourd’hui comme vous l'observez depuis… »
« Quatre ans. »
« Oui, quatre ans déjà que vous êtes parmis nous. »
« Quatre ans que je suis retenu ici. »
« Si vous le prenez comme cela… Je regrette, j’aurais tant de choses à vous raconter encore. L’histoire de ma traque par le sigmarite, comment j’ai retrouvé ma sœur, ma passion pour les créatures en tout genre et peut être même ce que contenant ce temple oublié mais vous savez ce que c’est Basil, le pouvoir amène des responsabilités. Le pouvoir, c’est la Mort qui vous sourit...L’éternité dans une vie... »

Il se leva majestueusement tel une divine statue animée.
« Nous nous reverrons bientôt Basil, j’ai tant à vous dire si vous saviez… »
Avant qu’il ne sorte je ne put m’empêcher de lui poser une question.
« Votre cicatrice… »
« Ma seule imperfection physique ? Le seul détail qui rend ma vue soutenable, car la perfection totale vous brulerait les yeux. Cette histoire Basil, je pense la garder pour moi encore un moment… »

Et il partit.
La fumée du narguilé avait prit la forme d’une femme. Je clignait des yeux plusieurs fois comme pour me réveiller.
La forme avait disparue.


Dernière édition par slagash sama le Lun 24 Aoû 2009, 00:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chaoticacloaquis.canalblog.com
Slagash
Seigneur Pervers de Slaanesh
Slagash

Nombre de messages : 2878
Age : 28
Localisation : Grand Ouest (49, 44, 53, 85...)
Date d'inscription : 30/11/2006

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): The Banana King

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeDim 23 Aoû 2009, 16:35



Slagash prend un choix de Seigneur.
Points/fig : 280

Slagash (profil 1) M4 CC8 CT3 F5 E5 PV3 I7 A5 Cd10
Slagash (profil 2) M4 CC7 CT3 F6 E5 PV3 I8 A6 Cd9

Marque : Slaanesh
Armes et armure : arme de base, Oedh
Options : Slagash doit porter le Fléau des Sigmarites (+30pts) ou la Croqueuse d’Homme (+50pts).
Il peut être monté sur une monture de Slaanesh (+25pts), une monture démoniaque (+50pts), un char (+100pts), une Manticore (+200pts), un Carnosaure (+210pts), une vouivre (+230pts) ou un destrier (+24pts)
Il peut porter un bouclier (+10 pts)

Objets magiques :

La Croqueuse d’Hommes.
« J’ai vu une fois la Croqueuse d’Hommes tirée de son fourreau et je prie pour ne plus revoir ce spectacle. L’adversaire fut littéralement attaqué par l’arme en elle-même. Elle serpentait pour pénétrer dans ses chairs, provoquant des hurlements déments. Puisse Sigmar me protéger d’une telle monstruosité. »
La Croqueuse d’Hommes fait gagner à Slagash +1A et il gagne la règle frappe toujours en premier. Il ne peut pas porter de bouclier, la Croqueuse d’Hommes est trop jalouse pour ça.

Le Fléau des Sigmarites.
« Cette arme est un blasphème outrageux. D’après ce que j’en sais il sagit d’un ancien marteau de guerre d’un prêtre de Sigmar qui aurait traqué le Lascif pendant des années. Lorsqu’il le retrouva enfin il ne put rien faire devant la puissance de son ennemi et celui-ci garda le marteau comme trophée et le dédia à ses Dieux Innommables. »
Le Fléau des Sigmarites fait gagner +1 en Force à Slagash. De plus il bénéficie d’un bonus de +1 pour toucher les archidiacres de Sigmar, les prètres guerriers et les flagellants. Ces derniers haïssent Slagash.

Oedh
« Ce nom est celui du démon qui fut emprisonné dans l’armure du Favoris du Prince. Il a souvent essayé de s’enfuir mais la magie qui le lie à cette armure est sans doute des plus brutes car jamais il ne put faire mieux que se débattre sans effets. »
Oedh confère à Slagash une sauvegarde d’armure de 3+ et une sauvegarde invulnérable de 5+.

Règles spéciales :

Mutations.
« Un visage si apaisant ne pouvait cacher qu’une corruption sans limite »
Si Slagash ne présente aucune mutations en apparence c’est parce qu’il à le pouvoir de les maîtriser. Mais dans des situations extrêmes il lui arrive de perdre le contrôle de son corps et de révéler aux yeux de tous sa corruption physique. Visage démoniaque, tentacules et autres mutations sont autant de signes de l’attention du Prince Noir envers son champion.
Lorsque Slagash rate un test de Cd ses mutations apparaissent. Utilisez le deuxième profil. Dans cet état il ne peut plus donner son Cd aux unités amies.
Au début de chaque tour faîtes un test de Cd, en cas de réussite Slagash reprend le dessus, utilisez le profil de base.

Vénération
« Ils étaient des milliers à l’acclamer, des milliers prêts à se tuer sur son seul ordre, juste pour le satisfaire. Je n’ai jamais vu autant d’adoration envers un homme, c’est pour cela que je sais que ce n’en est pas un. Non, jamais une adoration ne fut aussi malsaine et aussi écoeurante. »

Toute unité amie dans un rayon de 6ps autour de Slagash peut relancer un test de Cd raté. Si Slagash accompagne une unité elle devient tenace.

Slaaneshi
« Tant d’arrogance, tant de fierté, tant d’égo. »
Slagash doit être le général de votre armée, de plus, aucune marque autre que celle de Slaanesh ne peut être donné à une unité de son armée.

Serres d’Argents
« Chevaliers corrompus aux cœurs de cristal. Ce sont des monstres de plus de deux mètres de haut, engoncés dans des armures si ouvragées et si belles que n’importe quel artisans se mettrait à pleurer en les voyant. Ils ont toujours été à ses cotés et ils le seront toujours. »
Votre armée doit comporter au moins une unité de chevaliers du chaos portant la marque de Slaanesh.


Dernière édition par slagash sama le Lun 24 Aoû 2009, 00:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.chaoticacloaquis.canalblog.com
Algaroth Grandgousier
Masochiste Suprême
Algaroth Grandgousier

Nombre de messages : 2770
Age : 28
Localisation : En Slaaneshie.
Date d'inscription : 21/02/2007

Feuille de personnage
Dieu(x) Vénéré(s): Le Monstre en Spaghettis Volant

Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitimeDim 23 Aoû 2009, 18:38

Algaroth, le Triste Moqueur

Concours IX [Œuvres] Img028ulm.th

Ashania attendait patiemment devant le pentagramme tracé sur le sol.
« Il » allait venir, « il » lui avait promis.
La porte derrière elle grinça ; elle se sursauta et se retourna brusquement.
-ça va, ce n’est que moi.
Elle reconnut la voix de Gilliam, son ami qui avait décidé de la suivre dans son aventure.
-elle.. il est arrivé ? ,demanda-t-il.
Ashania regarda la figure tracé sur le sol.
-non, pas encore, pourtant, il m’a dit que, si j’accomplissait les rites, il pourrait venir auourdhui…
-il est vraiment en retard ?
Elle regarda vers la fenêtre.
-non, pas tant que ça, il m’a dit qu’il apparaitrait lorsque le soleil aurait jeté son dernier rayon.
-ne t'inquiète pas tant, il n'a pas pu oublier.
-c'est impossible, il est parfait, dit elle avec un sourire.
-ça...on ne peut pas te contredire sur ce point, répliqua Giliam.
-Il viendra et il m'emmènera, murmura Ashania, le regard rêveur.
-Ashania...
-quoi ?
Giliam regardait le pentagramme tracé sur le sol qui brillait d'une lueur rosâtre.
-le voilà ! ,s'écria la jeune femme.
La lueur augmenta d'intensité jusq'a être si aveuglante qu'ils durent détourner les yeux.
Lorsqu'Ashania rouvrit les paupières, une créature se tenait à l'intérieur du pentagramme tracé sur le sol.
Bien qu'encore éblouie, elle distingua la peau laiteuse de l'humanoïde, ses pieds fourchus et ses cheveux ramenés en une queue de cheval.
Le temps d'un instant, le dégoût le partagea au désir envers cettes créature mi homme, mi femme, aux yeux bleus ressemblant à des perles.
Une délicate odeur, composée de divers parfums, commença à envahir ses narines.
Elle y distingua le parfum de la rose, de l'huile, de certaines plantes qu'ont trouvait parfois au marché, et aussi un arrière goût de sang.
Subjugué, elle gémit et s'avança vers le démon.

-Algaroth ? ,murmura-t-elle.
La démonette riva sur elle son regard bleu empli tout d'abord de colère et d'incompréhension, qui laissa progressivement place à une expression de bienveillance.
-tu...tu m'as appelé..., dit il dans un souffle.
Ashania éclata de rire et se jeta à son cou.
-tu est venu ! jai cru pendant un instant que tu t'étais joué de moi en me promettant le paradis.
La démonette riva son regard bleu sur la jeune femme pendant un long moment puis tourna son visage vers Giliam qui n'avait pas bougé, complètement subjugué par ce qu'il voyait.
Le regard d'Algaroth se fit plus dur .
-qui est ce ? demanda t-il d'un ton brusque.
Ashania s'embla s'éveiller d'un rêve et regarda Giliam avec incompréhension.
-euh...C'est...Ah, oui, tu te souviens, je t'ai parlé d'un de mes amis qui voulait venir avec nous.
-Un érudit ? ,demanda la démonette.
-Pas vraiment dit elle en étouffant un rire.
Algaroth jaugea le jeune homme.
-Il y a un prix à payer, dit il.
-Euh...oui qu..quoi ? ,bégaya Giliam.
La démonette réfléchit un instant.
-tes souvenirs, finit t-il par dire.
-mes souvenirs ? répéta t-il avec incompréhension.
-enfin, ceux qui concernent Ashania, précisa Algaroth. Rien ne me fait plus plaisir que de penser à elle, expliqua t-il.
Giliam ne broncha pas.
-D'accord, finit t-il par dire.
-Bien, fit Algaroth, pour aller dans mon monde, il faut accomplir un rituel. Suivez à la lettre ce que je vous dirait.

***

-Voilà, tout est prêt.
Algaroth resta immobile un instant, regardant comment était fait les tracés, puis il finit par les regarder.
-ça ira, dit il, venez dans les pentagramme.
Alors qu'ils s'avançaiet, le pentagramme commença à emettre une lueur rose.
-c'est normal, ça ? ,demanda Ashania en reculant brusquement.
-Oui,oui, dépechez vous, le passage s'ouvre, dit Algaroth d'un ton pressant.
Ils rejoignèrent le démon dans le cercle dont la lumière s'intensifiait , jusqu'à devenir aveuglante.
Lorsque la lumière disparut, il n'y avait plus personne à l'intérieur du cercle.


***

Tout pulsait.
Tout était coloré.
Tout sentait bon.
Algaroth sourit.
- nous voici chez nous dit il en prenant sa compagne par la taille.
La jeune femme regarda autour d’elle, un sourire béat sur les lèvres.
Tout d’un coup, un gargouillement se fit entendre.
Ashania se retourna et vit avec horreur Giliam se tordre de douleur le corps secoué de spasmes.
Giliam ! hurla t-elle en se précipitant vers son ami.
Un bruit de succion se fit entendre et le corps parut exploser tandis que des dizaine de bras, de mains, de têtes tentaient de séchapper du corps de Giliam, jusqu’à ce que celui ci explose en miliers d’yeux qui s’envolèrent dans le ciel.
Ecoeuré, elle se tourna vers Algaroth, le visage ruisselant de larmes.
-qu’est ce…
Elle vit alors que son compagon la fixait bizarrement et regarda son ventre.
Un trou béant s’étalait au milieu de son ventre et grandissait.
Elle observa le phénomène avec détachement.
Elle ne souffrait pas, elle partait simplement.
Elle fixa Algaroth et voulut parler mais un flot de sang s’écoula de sa bouche tandis que sa gorge disparraissait
Il ne resta bientôt plus d’Ashania qu’une lance enflammée plantée dans le sol.
Algaroth la saisit.
-Moi aussi, dit il, moi aussi…

***

- hé, Algaroth, il paraît que tu a ramenés deux humains ?
- Sacré Algaroth, rien ne te fait plus plaisir que de donner espoir aux humains avant de les tuer hein ?
Algaroth eut un petit sourire.
- Allez, viens faire la fête.
Algaroth regarda la lance qu’il tenait et une unique larme coula de son œil.
- oui, allons faire la fête,dit il, allons faire la fête et oublions.



ALGAROTH, triste moqueur
Concours IX [Œuvres] Dscf0735.th


Pour oublier son chagrin, Algaroth se jette à corps perdu dans les fêtes qu’organisent les démonettes, entre autres, les fêtes se déroulant sur le vieux monde…

Algaroth occupe un choix de héros.


Coût : 120 pts.

M CC CT F E PV I A CD
6 8 0 4 3 2 8 5 8

Règles spéciales: attaques perforantes, dérangé, démon, frappe toujours en premier, légat de Slaanesh.

Armes : Ashania

Dérangé : Algaroth a un comportement très lunatique, tantôt noyant son chagrin dans la fête et riant auxéclats, tantôt abatant ses ennemis en pleurant .

Au début de la bataille jetez 1d6 :

1-2 : Algaroth ne veut plus penser à son amour perdu et se jette à corps perdu dans la grande fête qu’est le massacre de l’ennemi : il gagne +2 A mais ses coups sont maladroits et il subit –1 en CC, de plus, aucune figurine ne pourra utiliser son commandement il est trop occupé à s’amuser pour commander.

3-5: Algaroth se comporte normalement

6 : Algaroth est d’un tempérament sombre, pensant à son amour perdu, et abat ses ennemis plus distraitement, il perd alors 1 A mais son aura est si terrifiante que les figurines ayant réussies leur test de peur face à lui ou à l’unité qui le contient doivent relancer les des pour ce test.



Ashania : Algaroth porte l’âme de sa bien aimée sous la forme d’une lance à la pointe noircie par sa colère. Cette arme pemet à Algaroth d’imposer un malus de –2 à la sauvegarde ennemie et donne à Algaroth un bonus de +1 en force.

Algaroth peut monter sur un char pour + 75 pts

Algaroth doit être le général de l'armée si celle si ne comporte pas de seigneur.

Concours IX [Œuvres] Dscf0732c.th

Concours IX [Œuvres] Dscf0734.th
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Concours IX [Œuvres] Empty
MessageSujet: Re: Concours IX [Œuvres]   Concours IX [Œuvres] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Concours IX [Œuvres]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fléau nordique: Le Chaos :: Les Désolations du Chaos :: Concours-
Sauter vers: